Si je mens, tu vas en enfer de Sarah Pinborough

Lisa est une femme brisée qui tente tant bien que mal de se reconstruire une vie à l’abri des regards. Elle s’appuie pour cela sur sa fille, Ava. L’adolescente va cependant sauver un garçon de la noyade… ce qui va entrainer la chute de son monde. A côté, Marylin a tout pour être envié : femme parfaite, mari parfait, maison parfaite et boulot parfait. Mais est-ce vraiment le cas ? Trois femmes, trois destins scellés.

Temps pour lire le roman : quatre jours

Lieu de lecture du roman : canapé, bus, métro, lit, pause

Nombre de pages : 416 pages

Genre : Thriller

Maison d’édition : Préludes

Merci aux éditions Préludes pour l’envoi de ce roman !

Critique

Je souhaitais remercier les éditions Préludes de m’avoir envoyé ce livre. Je ne l’aurais peut-être pas acheté si je l’avais vu dans un magasin. Je me disais, avant ma lecture, que l’histoire allait être banale, sans plus.

Que je me suis trompé ! Dans Si je mens, tu vas en enfer, Sarah Pinborough nous plonge au coeur d’une histoire palpitante. Le meilleur dans tout cela : on apprend au fur et à mesure que l’histoire avance. Exaltant de chercher, dans les moindres petits détails, ce qui ne va pas. Ce qui tracasse tant que cela Lisa. Ce que Marylin ne veut ou ne peut pas avouer. Ou encore, qui est le mystérieux homme d’Ava ?

D’une écriture parfaite, l’auteure arrive rapidement à nous attacher aux personnages. On vibre avec elle, on a peur avec elle. J’ai également adoré l’alternance des points de vues, qui permettent véritablement d’appréhender l’histoire dans son ensemble.

Cette histoire (fictive), se déroulant en Angleterre, a des points troublants de ressemblance avec une véritable affaire : celle de Newcastle en 1998, relatée par Gitta Sereny dans Une si jolie petite fille (livre traumatisant, superbement écrit). Une petite fille de 11 ans arrêté pour meurtre, son amie relâchée (alors qu’elle est très certainement autant voir plus coupable), une tentative de reconstruction par la suite… Bref, j’ai aimé traqué les différences et les points de ressemblance entre ces deux histoires.

Conclusion

Si je mens, tu vas en enfer de Sarah Pinborough est un livre qui se lit rapidement, que l’on a du mal à quitter et dans lequel on souhaite se replonger instantanément. L’auteure m’a bluffé par sa facilité à passer du passé au présent sans jamais nous perdre. Enfin, l’histoire est palpitante d’un bout à l’autre. Une très bonne lecture que je recommande.

Ma précédente chronique : Des coccinelles dans des noyaux de cerise – Nan Aurousseau

Quentin