Si Cupidon savait viser de Alice Hérisson et James Harrington

Cupidon se trompe tout le temps ou n’arrive jamais à faire se rencontrer les bonnes personnes… Si seulement il savait viser…

Temps pour lire le roman : cinq jours

Lieu de lecture du roman : métro, canapé

Nombre de pages : environ 320 pages

Genre : contemporain/humour/romance

Maison d’édition : De Saxus

Merci aux éditions De Saxus pour l’envoi de ce roman !

Critique

Alice, une dessinatrice en herbe, se sépare de Sacha son chéri avec qui elle est depuis des années. Elle commence une nouvelle vie de célibataire, aidée par sa meilleure amie Emma qui est une habituée des sites de rencontres, des bars, des speed-dating mais Alice se lance à corps perdu dans cette chasse qui n’est jamais fructueuse allant même jusqu’à participer à des retraites pour âmes en peine…

James de son côté est un jeune homme allergique à l’anglais mais qui adore la musique soul. Il aimerait ouvrir un magasin de disques mais il n’a jamais eu la chance de se lancer. Il n’aime pas son boulot qui est seulement égayer par son meilleur ami Stéphane avec qui il apprend à faire les 400 coups.

Vous l’imaginez bien, Alice et James les deux héros (et auteurs) de ce roman ne vont pas tarder à se rencontrer (plutôt se rater plusieurs fois pour se re-trouver) et cela va faire des étincelles !!

Conclusion

Si cupidon savait viser est un roman avec plein de péripéties que j’ai trouvé parfois un peu répétitif vu qu’on entend les deux voix mais qui m’a fait beaucoup rire. Les petites illustrations en haut des chapitres sont aussi très mignonnes. Enfin, le doute est semé tout le temps à décortiquer la véritable histoire des auteurs et ce qui relève de la fiction.

Une lecture sympa et sans prise de tête que je vous recommande…

Ma précédente chronique : Ecoute la petite musique du clos des anges – Ondine Khayat

Camille