En plein hiver, à Varsovie, l’inspecteur Mortka se voit confier une enquête bien mystérieuse. Au beau milieu de ruines fumantes, se trouvent le corps de Jan Kameron, un homme d’affaires affilié à la mafia. Sa femme, Klaudia, se trouve à l’hôpital. Si au début l’accident semble évident, il va vite devoir regarder la vérité en face : l’oeuvre est signée par un pyromane qui a déjà sévi dans les rues de Varsovie et qui se plaît à lancer un cocktail molotov dans les cheminées. Pour résoudre cette enquête, Mortka va devoir jongler entre sa hiérarchie qui lui met la pression, une profileuse qu’il n’apprécie guère et son collègue qui a tendance à boire plus que de raison…

Pyromane de Wojciech Chmielarz

Temps pour lire le roman : 2 jours

Lieu de lecture du roman : lit, canapé, métro

Nombre de pages : 448 pages

Genre : Polar

Un grand merci à Livre de Poche pour ce livre !

Critique

J’ai eu énormément de mal avec les 100 premières pages du roman. Je trouvais l’intrigue poussive, mal amené, et surtout j’avais particulièrement du mal avec les deux flics qui faisaient le maximum pour croire qu’il s’agissait d’un accident. Mais au fur et à mesure de ma lecture, l’intrigue a réussi à se complexifié, à se densifier. L’auteur nous emmène habillement sur différentes pistes afin de brouiller les cartes. Tout en restant cohérent et plausible.

Le personnage principal, bien que parfois acariâtre, renfermé, irritable, se révèle bien vite être quelqu’un d’honnête et épris de justice. Son collègue est aussi nuancé, de par son côté attachant et proche de Mortka, mais aussi par son côté beaucoup trop porté sur la boisson et violent avec sa femme. J’ai juste trouvé regrettable que le pyromane ne soit au final qu’un personnage très secondaire, sans personnalité vraiment forte et qu’il soit la plus part du temps effacé…

Conclusion

Pyromane de Wojciech Chmielarz possède beaucoup de qualités, c’est indéniable. A commencer par sa fin qu’il est difficile de découvrir sans regarder l’ensemble des pièces et de réfléchir aux relations des personnages. Cependant, le rythme un peu lent du début combiné à un “méchant” sans grand charisme m’a un peu déçu. A lire tout de même.