Petits secrets, grands mensonges de Liane Moriarty

Temps pour lire le roman : une semaine et demie

Lieu de lecture du roman : train, métro, bus…

Nombre de pages du roman : 572 pages

Note : 5/5 coup de cœur

Genre du roman : thriller/histoire de vie

Maison d’édition : livre de poche

Ce livre débute par la fin. Dès les premières pages du roman, on apprend qu’à la soirée quiz de l’école, quelqu’un est mort. Il y a eu un meurtre. Mais personne ne sait qui, quand, comment. Il faut donc démêler tous les indices et les éléments que l’auteure distille au fil des pages. Ce roman me fait penser à la série Desperate Housewives parce qu’on suit aussi trois femmes Madeline, Céleste et Jane dont le premier commun est d’avoir toutes les trois leurs enfants scolarisés dans la même classe. Chacune a une situation familiale compliquée et doit pallier cela avec son rôle de femme et de mère. On rentre donc dans l’intimité de ces trois femmes qui deviennent en même temps proches les unes des autres.

Peu à peu, certaines blessures se révèlent profondes et on découvre la réalité derrière les apparences, les beaux vêtements, les belles voitures et les grandes maisons. On est donc happés dans ce quotidien d’apparence normal jusqu’à la fin de l’histoire où on apprend finalement ce qu’il s’est passé à la soirée quiz. L’intrigue est vraiment bien menée et on ne s’ennuie jamais malgré les nombreux rebondissements.

Conclusion :

Même si j’avais déjà la (superbe) série d’HBO l’été dernier, j’ai été transporté par ce livre dont j’ai aimé absolument chaque rebondissement. J’aime vraiment beaucoup le style de l’auteur dont j’ai hâte de découvrir les autres romans car les personnages sont vraiment bien construits et approfondis, ils prennent du relief tout au long du livre et c’est vraiment difficile de se séparer d’eux à la fin. L’intrigue est très bien menée, il est difficile de savoir les circonstances du meurtre avant les derniers moments de dénouement de l’histoire.

Je vous conseille absolument cet ouvrage et la magnifique série dont il a fait l’objet, à lire et à voir sans modération !