Origine de Dan Brown

Temps pour lire le roman : une semaine

Lieu de lecture du roman : dans mon lit, dans le métro, au boulot pendant les pauses

Nombre de pages du roman : 576 pages

Note : 3/5

Genre du roman : Enquête / histoire

Maison d’édition : JC Lattès

“D’où venons-nous ? Où allons-nous ?” Voilà les questions qui vont nous suivre pendant tout le long du roman. Alors que Edmond Kirsch allait révéler les réponses ces questions, il se fait assassiner par un obscur ancien de la marine espagnol. Alors que Robert Langdon, grand ami du futurologue, est présent à la conférence, il va se voir confier une mission par Wilson (l’intelligence créée par Edmond Kirsch) : dévoiler ce qu’il voulait montrer ! Langdon ne va pas être seul dans cette quête, il va se voir épauler par Ambra Vidal, directrice du musée et future reine d’Espagne…

Origine est long.. relativement long à démarrer. Non pas que ce n’est pas intéressant, j’avoue avoir aimer suivre Langdon et Wilson dans leur déambulation dans le musée. Mais le parti de la conférence est longue et au final ne sert que peu le roman.  Si je me souviens bien, l’histoire et l’enquête de Langdon ne démarrer véritablement que vers la 150ème – 200ème pages !

Même si l’on aime retrouver notre professeur préféré, ainsi que les différentes chercher effectué par l’auteur sur l’histoire du pays, il manque de nouveauté. On retrouve inlassablement le schéma classique du méchant qui travaille pour un personnage inconnu, un homme (ou une femme) que l’on suspecte… et la révélation qui arrive à la fin, alors que l’on ne s’y attendait pas.

Conclusion :

J’ai été légèrement déçu par le dernier Dan Brown… comme lors de ma lecture de Inferno. Je n’arrive pas à retrouver le charme, le rythme de Symbole Perdu, Dan Vinci Code ou encore Anges et Démons. Néanmoins, il n’y a pas que du mauvais. La faiblesse de l’enquête est largement relevé par l’aspect historique entourant l’histoire (notamment avec Franco ou le Roi d’Espagne) et par le génie et l’humour de l’intelligence artificiel créée par Edmond Kirsch.