Moi, Peter Pan de Michael Roch

Au Pays Imaginaire, Peter mène les enfants perdus. Ils ont la tête pleine de poux et le ventre grouillant d’angoisse qui les rongent. Peter Pan essaye de guider sa tribu, jouant aux jeux de Gros-mots et des grimaces, de les rassurer. Mais lui-même se retrouve rongé par une tristesse incurable suite au départ de Wendy. Avec en toile sa plus grande crainte : grandir.

Temps pour lire le roman : un jour

Lieu de lecture du roman : canapé, bus, métro

Nombre de pages : 144 pages

Genre : Science-Fiction

Maison d’édition : Folio

Merci aux éditions Folio pour l’envoi de ce roman !

Critique

Dans ce livre onirique, Michael Roch nous fait suivre un Peter en proie à diverses questions, avec une pointe de sagesse et de mélancolie. Surtout depuis le départ de Wendy, qui a elle décidé de grandir.

Comment ne pas être interloqué, comment ne pas être emporté par l’écriture de l’auteur ? D’une plume sublime, poétique, incroyablement simple et pourtant tellement complexe, celle-ci colle parfaitement avec la magie et l’onirisme du Pays Imaginaire.

Il faut dire que Michael Roch arrive particulièrement à s’approprier et à modeler l’univers du Pays Imaginaire. Univers au combien symbolique et emblématique de ce que beaucoup d’enfants ressentent.  Un livre qui questionne sur beaucoup de choses, beaucoup de sujets de notre société actuelle. Une façon également de moderniser l’histoire de Peter Pan.

Conclusion

Moi, Peter Pan de Michael Roch est un livre merveilleux, qui nous emporte dans un autre monde. Un livre court, tenace, qui nous suit même après la lecture. Un livre qui ne conviendra pas à tout le monde. Je pense que ce livre est intimement lié à ce que nous avons pu connaître ou vivre dans le passé. En tout cas, merci à l’auteur de m’avoir fait passer un si bon moment…

Ma précédente chronique : Libre d’aimer – Olivier Merle

Quentin