Magnetic Island de Fabrice Colin

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : Canapé, métro

Nombre de pages du roman : 304 pages

Coup de cœur, déception ? Bon livre

Note : 4/5

Genre du roman :Thriller

Nous tenons tout d’abord à remercier fortement les éditions Albin Michel pour nous avoir envoyer ce livre !

Aujourd’hui, laissez-moi vous emmener en Australie. Plus particulièrement du côté de Magnetic Island, petite île montagneuse qui se situe à 8km de Townsville. C’est là que se déroule l’histoire du nouveau livre de Fabrice Collin, Magnetic Island.

Et oui, pour une fois un auteur français de livre jeunesse (mais pas que) ! Et cela fait du bien. Voici un petit résumé de l’histoire :

Cyan, 16 ans, est le fils d’un célèbre réalisateur. Il vit en Australie, dans une grande villa en compagnie de sa grande-sœur Divine et de son grand-père, Senior. Mais sa vie est loin d’être idyllique. Sa sœur jumelle, Holly, a disparu depuis plusieurs années sur l’île de Magnetic Island. Sa mère a quitté son père et vit avec un avocat. Son grand-père, Senior, consomme de la drogue à outrance depuis la mort de son épouse. Et son père, Artus, est plus occupé par son film depuis cinq ans que par sa famille.
Mais sa sœur, Divine, disparaît à son tour ! Cyan décide alors de la retrouver. Mais dans sa quête de vérité, il va découvrir des secrets de famille qui risquent de l’anéantir…

Je n’ai pas pour habitude de lire des livres jeunesses. il est vrai que, la plus part du temps, c’est Camille qui s’y colle. Mais là pour une fois, le résumé de se livre m’a attiré. Je dois le dire, ce livre ma surpris. Je ne m’attendais absolument pas à cela, ce qui a conduit à ce que je ne lâche le livre qu’une fois terminé ! Quelques petites déceptions, mais on en reparle à la fin 🙂

Il faut le dire, l’intrique est rondement bien menée. On est assez loin de ce qu’on peut lire d’habitude, puisque Magnetic Island se rapproche plus du thriller psychologique que du thriller habituel. Cela va être relativement compliqué pour moi de vous parler du livre, sans pour autant spoil, mais on va essayer. Tout ce que je peux dire, c’est que lorsque vous commencer votre lecture, vous ne pouvez vous douter à aucun instant de la fin de ce roman. Puisque nous avançons à reculons dans l’histoire, c’est à dire que nous apprenons au fur et à mesure ce qui c’est passé avant.

L’auteur, Fabrice Collin, a une plume intéressante. Il a une certaine manière de tourner ses phrases, tantôt “cache”, tantôt plus recherché. Il varie son style, pour notre plus grand plaisir. Il a ainsi opté pour le point de vue du héros, ce qui est un bon choix, car cela permet de ne pas avoir trop d’indice et de découvrir avec lui. C’est d’ailleurs bien souvent le choix fait par les romans policiers (entre un et deux points de vue maximum.

Notre personnage principal, Cyan, est un personnage malheureux, déprimé, et qui a une tendance fâcheuse à boire un peu plus que de raison. Il essaye, par ce moyen, d’oublier les soucis qu’il peut avoir. Nous sommes d’accord, le moyen est contestable, mais cela sert bien l’histoire ! J’ai pu lire à droite et à gauche que Cyan était un personnage touchant. Je ne suis pas d’accord là-dessus, je le trouve légèrement mélodrame, et pour plein d’autres raisons expliqués à la fin du roman. Néanmoins, je le considère comme un personnage criant de vérité, qui dépeint certainement une partie de l’adolescence de certains, mais aussi du fait qu’être riche ne conduit pas forcément au bonheur. Je crois, peut être à tord, que l’auteur essaye ici de faire passer un message sur les enfants qui ont de plus en plus de mal à s’adapter au monde, qui grandissent trop vite. En tout cas, un personnage sombre et en même temps porteur de lumière, qui cherche juste sa place.

Je passe relativement vite sur les personnages secondaires. Mise à part peut-être la jeune fille que Cyan rencontre pendant le roman (et encore, je suis presque sûr ici que c’est mon côté “mâle” qui parle), et bien… ils ne m’ont pas plus intéressé que cela. Du mépris ? Non plus, car je n’ai pas l’attachement nécessaire au personnage principal pour cela. Juste l’impression que la plus part son autant paumés que Cyan. Mais ils ne sont pas important, car là ne réside au final par l’intérêt du roman. Il réside plutôt dans l’énigme par rapport à Holly, dans les phrases de vie prononcées par Cyan.

Dans ce livre, on en sait beaucoup et on en sait peut. Si vous n’avez pas d’imagination, si vous n’aimez pas les fins implicites, si vous n’aimez au final pas réfléchir, je ne peux que vous déconseillez ce livre. Car même si, je l’avoue, la fin m’a frustré, on peut la comprendre avec tous les indices semés au fur et à mesure du déroulement de l’histoire. Avis au amateur de D’après une histoire vraie de Delphine de Vigan 😉

Conclusion

Magnetic Island est un livre prenant. On se laisse rapidement entrainé dans l’histoire, et on a envie de découvrir la suite. Un livre exclusivement jeunesse ? Absolument pas, je reste persuadé que peu importe l’âge, il peut plaire. Un livre vite lu, mais que l’on apprécie tout de même ! Presque un coup de cœur, je retiendrais une fin qui m’a laissé sur de trop grandes interrogations, malgré le fait que j’ai compris ce que l’auteur voulait nous faire comprendre.

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter Magnetic Island, cliquez ici !