Ma Chérie de Laurence Peyrin

Gloria Mercy Hope Merriman est née dans une famille moyenne, dans une ville moyenne, pour vivre un vie moyenne. Mais sa beauté lui ouvre des portes et lui permet de découvrir le monde, ou du moins d’autres facettes du monde qu’elle connait.

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : métro, canapé

Nombre de pages : 315 pages

Genre : parcours initiatique, Etats-Unis dans les années 60-70

Maison d’édition : Calmann Levy

Merci aux éditions Calmann Levy pour l’envoi de ce roman

Critique

Dans ce nouveau roman de Laurence Peyrin, nous suivons le parcours initiatique d’une jeune femme qui passe par différentes classes sociales au cours de sa vie et qui malgré ses frêles épaules, doit gérer de nombreux problèmes. Sa vie est divisée en trois différentes parties qui portent le même nom que chacun de ses prénoms.

Je me suis attachée à l’héroïne, qui n’étant promise à rien, peu éduquée et consciente du monde qui l’entoure, réussit à atteindre un niveau social élevé en connaissant les bonnes personnes, mais elle découvre vite que ce n’est qu’une façade. Elle est donc renvoyée à ses racines, ouvrant un œil nouveau sur ce qu’elle a toujours connu et pris pour acquis.

Il y a des passages très intéressants sur la ségrégation et l’éveil des consciences avec notamment des références à Rosa Park et le fameux discours ‘I have a dream’ de Martin Luther King.

Conclusion

J’ai vraiment aimé Ma chérie de Laurence Peyrin qui nous replonge dans toute une tonalité américaine. Il contient tous les éléments du contexte américain à cette période : la ségrégation, les différences entre les grandes villes et la campagne, le Nord et le Sud du pays, les riches et les plus pauvres, le climat très chaud et la riche nourriture !

Je me suis régalée et j’espère que vous en ferez autant !

Ma précédente chronique : Format poche : Sentinelle de la pluie – Tatiana de Rosnay

Camille