M, le bord de l’abîme de Bernard Minier

Moïra, une jeune française spécialisé dans l’informatique et les intelligences artificielles, se retrouve embauchée par l’une des plus grandes entreprises chinoises : Ming. Pour elle, direction le pays du soleil levant avec pour mission d’entrainer DEUS, l’intelligence artificielle ultra développée de l’entreprise. Mais dès le premier soir, elle se retrouve abordée par la police. Par la suite Moïra va se sentir épiée en permanence. Pire, une vague de suicide et de meurtres se multiplient au Centre. Que peut-il bien se passer ? Et pourquoi Moïra a-t-elle accepter de venir ici ?

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : métro, canapé, lit, bus

Nombre de pages : 576 pages

Genre : Thriller

Maison d’édition : XO

Un grand merci aux Editions XO pour le livre !

Critique

Exit cette fois-ci le commandant Servaz. Bernard Minier renoue cette fois-ci avec le thriller one-shot, comme ce fut le cas pour le sublime et non moins troublant Une putain d’histoire que j’ai eu l’occasion de lire il y a un petit moment maintenant.

Dans ce nouveau roman, l’auteur nous fait suivre Moïra, une jeune femme plus que douée en informatique. Celle-ci se rend en Chine pour travaille sur l’intelligence artificielle DEUS, propriété de l’entreprise Ming. la particularité de DEUS ? Certainement l’une des IA les plus avancées, capable de répondre à énormément de sujets. Le but avoué de l’IA étant à terme de connaître si bien l’utilisateur, qu’elle pourra prendre ses décisions à sa place. Glaçant.

Vous l’aurez compris, Bernard Minier s’aventure dans ce nouveau roman sur le secteur des nouvelle technologies, mettant en avant pour la plus part des choses réelles ou qui devraient arriver très bientôt. De quoi faire réfléchir le lecteur sur un grand nombre d’outils aujourd’hui mis en place, et sur l’omniprésence de certaines marques dans notre quotidien. Et surtout, jusqu’à quel point nous sommes écoutés et ce que peuvent en faire les entreprises.

L’auteur signe justement avec ce thème un travail de recherche et d’approfondissement grandiose, qui m’a permis d’apprendre plusieurs choses (moi-même étant pourtant bien renseigné.

Et c’est peut-être là que le bas blesse : j’ai eu l’impression que la partie recherche / nouvelles technologies était beaucoup plus intéressante et mieux réalisée que la partie sur l’enquête / l’histoire elle-même. Si les personnages de Ming ou encore de Moïra sont intéressants et bien écrit, j’ai trouvé que la narration manquait de peps et d’un petit quelque chose pour rendre cela vraiment passionnant et haletant.

Conclusion

M, le bord de l’abîme est un bon roman de Bernard Minier, qui permet à l’auteur de partir loin de Servaz pour explorer de nouveaux horizons. Richement documenté, l’histoire reste néanmoins plombé par une intrigue dans laquelle on a du mal à plonger. Dommage…

Pour découvrir le précédent roman de l’auteur : Soeurs – Bernard Minier

Quentin