Bonjour à tous, on se retrouve aujourd’hui pour notre nouvelle chronique On a regardé… et cette semaine on commence avec Lovesick !

Pour ce qui ne connaîtrait pas, nous suivons dans Lovesick l’histoire de Dylan, qui apprend qu’il est atteint d’une maladie sexuellement transmissible :  la Chlamydia. Il va alors devoir reprendre contact avec toutes ses ex-petites amies pour pouvoir éclaircir la situation…

Point de vue de Camille :

Lovesick avait déjà été une très agréable découverte cet été et le fut encore cet hiver. J’ai vraiment adoré cette deuxième saison pour ma part.

Dylan, comme dans la première saison, doit contacter toutes ses ex petites amies (enfin ce sont majoritairement des filles qu’il n’a connu qu’un soir) pour les prévenir qu’il a eu une maladie sexuellement transmissible et qu’elles doivent se faire tester pour savoir si elles l’ont aussi.

Cela se passe plus ou moins bien selon la situation et la relation qu’il avait avec ces filles. Chaque épisode reprend donc un flash-back qui montre la rencontre de Dylan et d’une fille jusqu’à ce qu’ils finissent par coucher ensemble. Dans chaque épisode, ses trois amis sont toujours là, complétement déjantés et très souvent soûls.

Cette série est vraiment à mourir de rire, c’est dommage qu’il y ait si peu d’épisodes. Les situations sont toujours improbables et on rigole très fort devant les mésaventures de Dylan qui ne cesse de se prendre des vents ou de se retrouver dans des quiproquos.

Certains côtés de la série se montrent tout de même un peu plus triste, notamment dans la saison 2, avec des épisodes qui paraissent même philosophiques avec des leçons de vie très bien amenées.

Conclusion :

C’est véritablement un coup de cœur, parce que ce genre de petite série il y en a trop peu, on rit et on pleure devant. Je vous la conseille fortement car j’ai déjà plus que hâte de voir la suite.

Point de vue de Quentin :

On retrouve avec plaisir Dylan, Evie, Angus et Luke dans leurs nouvelles épopées. On sent ici, dans les 8 épisodes mis à notre disposition la patte de Netflix. Je craignais des longueurs dans cette nouvelle saison comme le format reste inchangé (alternance entre flashback et retour à la réalité). Et bien on ne s’ennuie pas un instant. Au contraire les épisodes de 25 minutes passent beaucoup trop rapidement. On en voudrait plus !

Une fois encore ce qui fait le charme de cette série sont les personnages. Notamment Evie et Dylan pour qui nous éprouvons très vite un fort sentiment d’empathie à leur égard, mais aussi de tristesse à les voir se questionner sans cesse sur eux deux. Mais aussi le personnage hilarant qu’est Luke, que l’on va apprendre à mieux connaître. Et enfin Angus, qui libéré de sa femme semble s’épanouir. On arrive facilement à s’identifier à eux, entre leurs petites sorties dans les bars et les fous rires complices.

Même si l’on aimerait voir Evie et Dylan ensemble, on ne le souhaite pas forcément. Cela marque inévitablement la fin de la série. Même si, pour moi, la saison 3 marque bel et bien la fin. Contrairement à d’autres séries qui commencent à trainer en longueur (2 Broke Girls, on vous en parlera prochainement) on se mare toujours autant devant Lovesick. Il faut dire que je suis déjà conquis depuis plusieurs années par l’humour Britannique, que j’affectionne particulièrement (beaucoup plus fin que le nôtre, et encore plus que celui des Américains)

Conclusion :

Lovesick reste un de mes coup de cœur de cette année. Il est si rare de trouver une série si rafraichissante. On apprécie le côté vrai des personnages. Si vous avez un petit coup de blues, ou que vous êtes à la recherche d’une série humoristique, n’hésitez pas ! En tout cas, je retrouverais Dylan, Luke, Evie et Angus avec plaisir l’année prochaine pour la suite de leur aventure !

 

Notre précédente review sur Les Animaux fantastiques.

Lien vers la page Allociné.