L’oeuvre noire de Philippe Lyon

Deux cadavres sont repêchés dans la Seine en plein Paris. Et ils ne sont pas en bonne état : fracture, battu à mort, les cadavres sont massacrés. L’enquête revient à Manuel Kross, capitaine de police depuis plus de vingt cinq ans. Son atout ? Un amour inconditionnel pour sa femme. Sauf que ce dernier ne sait pas dans quoi il plonge, et va se retrouver à la merci des ténèbres et de ce que l’humanité a de plus sombre…

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : canapé, lit, métro, bus, RER

Nombre de pages : 576 pages

Genre : polar

Maison d’édition : Le livre de poche

Merci aux éditions Le Livre de Poche pour le livre

Critique

Bienvenue à Philippe Lyon dans le monde immense et impitoyable du polar ! Que nous livre l’auteur avec son premier roman L’oeuvre noire paru aux éditions Livre de Poche ?

Dans ce roman, nous suivons le capitaine Kross qui dirige l’une des brigades du 36 quai des Orfèvres. Si je n’ai plus de souvenir précis de la date, tout ce que je peux vous dire est que cela date d’avant le déménagement de l’Île de la cité vers Porte de Clichy. Si Kross subit les lots d’emmerdes qui collent au 36, côté famille, on est sur un schéma relativement inhabituelle ! En effet, notre personnage a encore une femme. Oui vous m’avez bien lu. Contrairement à bon nombre de flics des romans policiers, celui-ci n’est ni divorcé, ni un célibataire endurci. Il a même une fille (et un fils, mais je vous laisse lire le livre pour comprendre pourquoi je n’en parle pas trop).

Sauf que notre malheureux Kross va se laisser embarquer dans l’une des plus dures et plus sombres affaires du 36, qui va mêler mafieux chinois, anciens combattants d’Israël, et psychologue relativement… dérangé ! Un cocktail détonnant qui va donner du fil à retorde aux différentes brigades, et va même semer la désolation parmi les rangs.

Qu’est ce qui fait la force de L’oeuvre noire de Philippe LyonJe dirais des personnages remarquablement bien écrit, un langage cru mais qui colle à l’ambiance du roman, une intrigue impressionnante de complexité et qui pourtant est raconté avec aisance. Bref, une écriture splendide qui va prendre le lecture aux tripes et ne plus le lâcher jusqu’à la fin.

Conclusion

L’oeuvre noire de Philippe Lyon me réconcilie enfin avec les polars ! Non pas que je n’aime plus en lire. C’est juste que depuis ma lecture des livres de Pierre Lemaitre, je suis déçu par un grand nombre des romans policiers qui paraissent (excepté le 7/13 de Jacques Saussey). Une ambiance a couper le souffle, un personnage principal qui est enfin différent de ce que l’on a l’habitude de lire, et surtout une enquête haletante qui nous entraine dans les bas-fonds de l’humanité. Un mélange savoureux qui se déguste en quelques heures à peine. Philippe Lyon, si je n’ai qu’une chose à vous dire : à quand une suite des aventures de Kross ?

Ma précédente chronique : Parasite – Sylvain Forge

Quentin