La saga des Rois maudits – Maurice Druon

Livre les Rois maudits de Maurice Druon avec une plante grasse à coté

La saga des Rois maudits – Maurice Druon

Oyez oyez, gentes dames et nobles seigneurs, laissez moi vous narrez aujourd’hui ma découverte livresque. Alors qu’il y a quelques semaines je flânais dans l’étage réservé à mes livres, je suis tombé sur le premier volume des livres Les Rois maudits. Il s’agissait d’un livre que Camille avait acheté il y a un moment de cela, et que j’avais récupéré pour, un jour, le lire.

Étant alors dans une impasse livresque (n’arrivant plus à lire le moindre livre), je me suis dit que me plonger dans un roman historique pouvait peut-être être la clé à ce problème ! Grand bien m’en a fait. Après une lecture en quelques jours du premier volume, j’ai couru acheté le second volume. Mais avant de vous parler plus en profondeur de ma lecture, revenons rapidement sur le thème de ces romans, puis sur la période que couvre les deux premiers volumes de la saga : Le Roi de fer et La Reine étranglée.

N’hésitez pas, si vous ne l’avez pas encore lu, à vous procurer Le Roi de fer en cliquant ici et La Reine étranglée disponible ici.

Cet article sera mis à jour au fur et à mesure de ma lecture de cette saga.

Cadre historique des livres Les Rois maudits

Prenant place au XIVe siècle (plus précisément entre 1314 et 1356), cette saga raconte la fin de règne de Philippe le Bel et les intrigues entourant la succession de ce Roi emblématique et réformateur du Royaume de France et de Navarre.

Tout au long de cette épopée historique (et ici, romancée), nous allons tour à tour suivre les destins de Louis le Hutin, Philippe de Poitiers, Charles le Bel, Isabelle de France Reine d’Angleterre. Mais aussi la puissance (et la chute ?) d’homme issu du peuple comme Enguerrand de Marigny (Connétable de France), Guillaume de Nogaret (Garde des Sceaux).

Pour toile de fond, le roman part de la sombre conclusion de l’affaire du Temple, fin tragique de l’Ordre du Temple, et de la mystique malédiction lancée contre l’assemblée présente au bûcher du dernier Grand Maître de l’Ordre.

Les deux premiers volumes

Le Roi de fer

Nommé d’après le surnom donné au Roi Philippe le Bel, pour sa personnalité rigide, sévère et surtout inflexible. Le premier volume de la saga couvre la fin du règne de ce Roi, qui règne sans partage sur le Royaume de France. Bien que la situation politique se soit nettement assagi, le Roi doit faire face à un grave problème : les caisses de l’Etat sont vides. Pour les renflouer, il va alors sur les conseils d’Enguerrand de Marigny et de son Garde des Sceaux, le célèbre Guillaume de Nogaret, spoiler l’Ordre du Temple, arrêté et persécuté l’ensemble des Templiers de France, jugé et exécuté les têtes pensantes de l’Ordre.

Maudit par le Grand Maître, le Roi va aller de déconvenue en déconvenue : révélation de l’adultère de ses belles-filles et notamment de la future Reine de France, l’épouse de son fils Louis, mort de son proche conseiller Nogaret…

En parallèle de ces histoires, nous suivons également Robert d’Artois qui tente de récupérer son comté et sera l’un des instigateurs de la chute des princesses ; Isabelle de France, Reine d’Angleterre qui se sent seule face à un mari qui ne cesse de la tromper avec différents hommes ; ou encore Guccio, ayant pour oncle l’un des grands banquiers de France, qui va voler d’intrigue en intrigue, tentant de tirer son épingle du jeu.

Quelques mois après Nogaret, le Roi décédera des morts d’une congestion cérébrale.

La Reine étranglée

Nous allons suivre le début du règne du fils de Philippe le Bel, Louis dit “Le Hutin”. Peu apte à gouverner, faible et sans grand esprit, celui-ci ne va avoir de cesse de se faire manipuler tour à tour par Enguerrand de Marigny ainsi que par son oncle Charles de Valois

Sur fond de famine, le lecteur assiste au démantèlement complet de l’œuvre de Philippe le Bel, au retour en grande pompe de l’aristocratie, mais aussi aux jeux de pouvoir de la cour. Pendant ce temps, Louis le Hutin n’a qu’une idée en tête : avoir un nouveau Pape pour que la dissolution de son mariage soit enfin prononcé. Et si, pourtant, une autre solution existait ?

Game of Thrones n’a qu’à bien se tenir !

Roi réformateur qui meurt laissant un pays en deuil et bientôt en proie aux conflits, complots, traitrise, jeu de pouvoir, sexe, argent, politique contre religion, coup bas, influence et meurtre : est-ce que tout cela ne vous rappelle rien ?

George R. R. Martin l’a avoué plus d’une fois lors de différentes interviews : grand fan des livres de Maurice Druon, il s’est inspiré des livres Les Rois maudits pour concevoir et écrire la saga populaire Game of Thrones. Surpris ? Il ne le faut pas !

Après tout, quoi de plus logique que de s’inspirer d’une saga littéraire… qui s’inspire elle-même (avec des faits romancés) de l’histoire de France ? En 1300, la France est alors le Royaume le plus puissant d’Occident, ayant établi grâce à Philippe le Bel une solidité politique en pacifiant les différents comté de France et en annexant plusieurs territoires. Le Roi a également su nouer différentes alliances, notamment avec un pays rival : l’Angleterre.

Mais à sa mort, chacun essaye d’avoir une part du gâteau. Et c’est à ce moment que se révèle les vraies natures et que les conflits éclatent. N’oublions pas également que, en cette fin de second roman, la guerre de Cent ans n’est pas loin.

Une écriture prenante

Sans exagéré à l’extrême les faits, Maurice Druon emmène le lecteur au XIVe siècle et le fait voyager parmi les affres de la Couronne de France. Avec des personnages historiques hauts en couleur, dépeint avec une réalité saisissante, l’auteur a réussi à appréhender l’Histoire d’une manière stupéfiante, sans tomber dans une litanie de faits historiques.

Souvent dépeint comme une période sombre et peu intéressante, l’auteur nous prouve le contraire en mettant sur le devant de la scène un monde complexe, en pleine transformation, qui servira de base pour les futurs monarques… et expliquera bien des choses dans les conflits qui ensanglanterons la France.

En lisant les livres Les Rois maudits, j’en viens à cette conclusion : si l’Histoire de France était enseignée avec autant de verves et de génie que l’écriture de Maurice Druon, beaucoup n’aurait aucune excuse pour ne pas s’y passionner.

Un livre à mettre aussi bien entre les mains des fans d’histoire, adultes ou adolescents, qu’entre les mains de lecteurs à la recherche d’histoires prenantes.

Pour vous procurez le tome 1 Le Roi de fer, c’est par ici !

Et si vous souhaitez vous jeter sur le tome 2, La Reine étranglée, vous pouvez cliquez ici.

Si vous avez aimé les livres Les Rois maudits et que vous souhaitez découvrir une autre époque, je ne peux que vous conseiller de plonger aux cœurs des romans de Christian Jacq. Ce dernier vous emmène du côté de l’Egypte, à l’époque des Pharaons. Ma chronique sur l’un de ses derniers romans : Pharaon, mon Royaume est de ce monde.

Quentin

No Comments

Post A Comment