L’Homme qui voulait aimer sa femme de Hervé Pouzoullic

Vasilissa a quitté Moscou pour faire sa vie avec Marc, un Breton un peu trop romantique, malhabile, mais plein de bonne volonté. Dès son arrivée, tout dérape : amis déjantés, famille bancale, Vasilissa ne sait pas sur quel pied danser… Mais rien ne vient entacher l’idylle de nos amoureux…

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : terrasse, lit

Nombre de pages : 196 pages

Genre : roman

Maison d’édition : Anne Carrière

Un grand merci à Anne Carrière pour ce livre

Critique

Dans L’Homme qui voulait aimer sa femme, Marc est un romantique transi de sa nouvelle compagne, une magnifique Russe au français hésitant et au corps impressionnant. Cependant, après quelques années passées ensemble, les jobs intensifs des deux époux, les enfants demandeurs d’attention et un chien avec des problèmes psychologiques, la vie n’est plus toute rose. Marc se met donc en tête de prouver son amour à sa dulcinée en lui écrivant un livre, une ode à son amour.

Hervé Pouzoullic réalise donc une sacrée mise en abyme puisqu’il décrit le travail de Marc qui passe de l’écrivain transi, à l’auteur déçu face aux réactions des éditeurs et autres maisons d’éditions jusqu’à la star à succès qui a réussi à se faire repérer et qui est demandé par les médias. Même si, en se promenant sur ce tortueux chemin qu’est la littérature du XXIème siècle, l’écrivain prend le pas sur l’époux, l’amoureux et le père de famille.

Tout le livre repose donc sur l’humour et l’équilibre incertain de cette famille qui est tantôt assuré tantôt complétement précaire. De plus, l’auteur nous propose des personnages secondaires assez atypiques et plutôt marrants.

Conclusion

On ne s’ennuie pas en lisant L’Homme qui voulait aimer sa femme d’Hervé Pouzoullic, il y a de nombreux rebondissements heureux ou malheureux mais toujours ponctués de notes d’humour. Un roman qui se lit facilement et rapidement. Une petite lecture agréable sans prise de tête.