L’heure zéro de Agatha Christie

Traduit par Jean-Marc Mendel

Lorsque Mme Audrey, anciennement Mme Strange, se rend chez son amie Lady Tressilian, elle n’a qu’une seule requête : ne pas y croiser M. Strange et sa nouvelle épouse Kay. Mais les choses ne se déroules pas toujours comme on le souhaite…

Temps de lecture du roman : un jour

Lieu de lecture du roman : terrasse, lit

Nombre de pages : 303

Genre : Enquête policière

Maison d’édition : Le Masque

Critique

Comme dans de nombreuses histoires de la célèbre romancière britannique, on nous présente de nombreux personnages qui, à première vue, n’ont que peu ou pas affaire à entre eux. Ils n’ont pas forcément de liens de parenté ou encore d’amitié. Cependant, au fur et à mesure que l’histoire est initialement présentée, chacun commence à jouer un rôle dans l’histoire. Finalement, tous les personnages se retrouvent réunis en un endroit, la maison de Lady tressilian qui finit par être assassinée…

Les soupçons se portent alors sur chaque membre de cette joyeuse bande car chacun a un mobile et chacun aurait pu commettre le coup. L’auteure nous emmène en même temps du côté de l’enquête policière que du côté des suspects et des victimes. Le suspense dure jusqu’à la fin et la résolution est plutôt difficile à deviner.

Conclusion

J’ai tout simplement adoré cette lecture ! J’avais déjà un peu lu Agatha Christie mais je ne m’attendais pas à autant apprécier cette œuvre. J’ai été totalement happée par l’histoire, les personnages, les événements et retournements de situation que j’avais du mal à lâcher le livre c’est pour cela que je l’ai lu d’une traite !

Je vous conseille ce livre qui est excellent et qui saura vous tenir en haleine jusqu’aux dernières pages.

‘’ Quand vous lisez le compte rendu d’un meurtre -ou une oeuvre de fiction basée sur une histoire de meurtre- c’est par la relation dudit meurtre que débute d’ordinaire le récit. C’est là une erreur fondamentale. La mécanique criminelle est en marche depuis bien longtemps. Un meurtre est le point culminant d’une série d’éléments circonstanciels, qui, tous, convergent vers un moment donné, en un lieu donné. Des gens venus de tous les horizons, et souvent pour des motifs fortuits s’y trouvent impliqués […]. Le meurtre en lui-même n’est que le couronnement de l’histoire. C’est l’heure zéro.’’