Le tricycle rouge de Vincent Hauuy

Temps pour lire le roman : quatre jour

Lieu de lecture du roman : TGV, métro, voiture, lit

Nombre de pages du roman : 503 pages

Note : 4,5/5

Genre du roman : Polar

Maison d’édition : Livre de Poche

Un grand merci à Livre de Poche pour ce livre

Critique

Noah Wallace, ancien brillant profileur, n’est plus que l’ombre de lui-même depuis l’accident qui lui a enlevé sa femme et son métier. Mais suite à une scène de crime où l’on retrouve un mot du tueur pour Wallace, il va devoir reprendre du service. Avec Steve Raymond, il va se rendre sur la scène du crime au Canada qui va très rapidement le ramener vers la série de meurtre commis il y a cinq ans. Visiblement, le Démon du Vermont n’est pas mort et il est de nouveau à l’oeuvre.

En parallèle, Sophie Lavallée, journaliste et blogueuse sur un blog conspirationiste, enquête sur un journaliste, disparu désormais depuis les années soixante-dix. Elle va ainsi découvrir que son affaire est intimement lié à celle de Noah…

Ltricycle rouge est pour moi un grand mystère. Car oui, j’avoue au tout début avoir du mal à me plonger dans le livre, perdu entre la multitude de personnage, les changements à chaque chapitre (ou au bout de deux) de point de vue. J’ai rechigné à le lire. Mais petit à petit, je me suis plongé dans cette histoire surprenante et intrigante, où plus elle avance, plus on a envie de continuer avec elle. Les 100 dernières pages, je n’ai pu me retenir et j’ai dévoré le tout le plus rapidement possible. Oppressent, intelligemment construit, surprenant, le fin mot de l’intrigue nous est révélé qu’à la fin du roman… Non sans, comme le fait Hauuy dans l’ensemble du roman, faire couler le sang.

Une des forces de ce roman est très certainement les chapitres courts. Ce qui se ressent bien évidemment dans l’écriture qui se veut rapide, direct, mais qui permet ainsi de distiller les éléments de l’intrigue au fur et à mesure. Si l’auteur nous balade du Canada vers les Etats-Unis, des services secrets au tueur, en passant par la police qui essaye de faire son travail, il est impossible de trouver la fin. Car nous n’avons pas l’ensemble des pièces entre les mains. Et cela fait du bien, pour une fois !

Car un roman n’est quasiment jamais parfait, j’ai quelques critiques à émettre : si l’intrigue m’a intéressé et que j’ai du dévorer le dénouement final, ce n’est pas pour autant que j’ai tout apprécié. Une chose me chagrine notamment : pourquoi tuer certains personnages qui, au final, n’avait qu’un rôle secondaire ? Cependant, je ne remets pas en cause comme certaines personnes le fondement de cette histoire : il faut savoir que les faits qui sont relatés dans ce livre, à savoir le projet top secret a bel et bien existé. Dans quels conditions ? Avec qui ? Impossible de savoir. Mais c’est bel et bien réel. Et croyez moi, lorsque vous saurez ce qu’est le projet, cherchez sur internet : la réalité fait encore plus peur que la fiction.

Sachez simplement qu’il y a de la matière, des recherches et de la réflexion. L’intrigue est maintenue jusqu’aux dernières pages, elle est indécelable, énervante, angoissante et en devient même insupportable. Quel soulagement d’arriver au dénouement final !
Amateur de thriller, n’hésitez pas ! Quant aux âmes sensibles, passez votre chemin.
A éviter en lecture du soir…

 

Conclusion

Réfléchi, très bien écrit, ce livre est une petite pépite dont il me tarde la suite qui vient de paraître chez Hugo Thriller ! A mettre entre les mains des amateurs de thriller, car les lecteurs du soir risque de ne pas en sortir indemne…