Le secret le plus sombre de Carla Buckley

Traduit de l’anglais par Géraldine d’Amico

La famille Lattimore : Eve la mère, David le mari, les deux enfants Melissa et Tyler ainsi qu’un pavillon en banlieue. Tout semble parfait, non ? Sauf que Tyler souffre d’une maladie rare (la moindre exposition au soleil peut-être fatale), Melissa est en pleine crise d’adolescence et David est absent toute la semaine. Du coup, Eve doit tout gérer. Jusqu’à ce qu’elle commette un faux pas. De plus en plus tendue, des questions vont apparaître : que fait David quand il travaille ? Et Tyler le soir quand toute la famille dort ? Et pourquoi Melissa est-elle si dure ? Mais avant tout, “la famille d’abord”.

Temps pour lire le roman : trois jours

Nombre de pages du roman : 464 pages

Lieu de lecture : lit, canapé, métro, bus, boulot

Genre : Thriller

Maison d’édition : Charleston

Merci à Charleston pour ce livre !

Critique

Le secret le plus sombre de Carla Buckley nous plonge en plein coeur d’une famille qui, en apparence, est tout à fait normale. Mais peut-on réellement dire cela ?

L’auteure reprend le schéma typique des banlieues : des familles qui se connaissent, s’apprécient en façade, mais épient le moindre fait et geste des uns et des autres. Mais surtout, chaque famille possède son secret, sa faiblesse.

Dans Le secret le plus sombre, on suit surtout le destin de Eve, mère prête à tout pour protéger sa famille. Une mère qui n’hésite pas à mentir, trahir, cacher pour pouvoir sauver ses enfants. N’est ce pas ce que tout le monde ferait ? Ou du moins essayerait de faire ?

L’écriture est fluide, dynamique, est contient juste ce qu’il faut de suspense pour nous donner envie de continuer. On s’acharne à suivre Tyler, Eve et David afin de découvrir les secrets que peuvent bien renfermer les voisins… mais également cette famille !

Conclusion

Le secret le plus sombre de Carla Buckley se distingue des thrillers habituels par le fait que nous connaissons qui est le tueur. Puisqu’il s’agit de l’héroïne principale. Mais la véritable intrigue ne tient pas autant dans le tueur, mais plutôt dans tout ce qui passe autour. Un drame familial comme il est rarement donné de lire, haletant, prenant, Carla Buckley a réussi son pari : nous tenir en haleine jusqu’à la fin.

Ma précédente chronique : Janet – Michèle Fitoussi

Quentin