mais aLe chant du rossignol de Kristin Hannah

Temps pour lire le roman : commencé en novembre, repris et fini en janvier

Lieu de lecture du roman : train, canapé, lit

Nombre de pages du roman : 689 pages

Note : 5/5 coup de coeur

Genre du roman : Roman sur la guerre

Maison d’édition : Livre de Poche

Un grand merci à Livre de Poche pour ce livre !

La France tombe entre les mains des Allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale. Les français se doivent de survivre dans un contexte toujours plus difficile, entre la faim, le froid, la peur, mais aussi le manque et les nazis omniprésents dans les villes. Vianne et Isabelle sont deux sœurs très opposées. La première, institutrice et dévouée à sa maison, son mari et sa fille choisit de mener cette guerre en restant passive, elle essuie pourtant beaucoup de drames et de situations difficiles tandis qu’Isabelle ne veut pas rester sans rien faire et décide de s’engager dans la Résistance au péril de sa vie.

Les deux histoires sont donc intimement liées et on suit chacune des sœurs qui ont leur propre soucis. Elles gèrent du mieux qu’elles le peuvent des situations horribles où la force et le courage ne suffisent, malgré tout, pas toujours. L’auteure prouve vraiment que les femmes ont joué un rôle très important et que tout n’était pas concentré au front… Pour ne pas vous spoilez, je choisis de ne pas approfondir certains aspects car ils se découvrent au fur et à mesure de la lecture.

Conclusion

J’ai eu un vrai coup de cœur pour Le chant du rossignol de Kristin Hannah. Je ne lis presque jamais des romans sur la guerre. D’habitude, j’ai du mal avec cette période mais j’ai vraiment été transporté par ce roman. Je suis passée par toutes les émotions possibles. J’ai ri, j’ai aimé, j’ai détesté, j’ai pleuré, j’ai refermé le livre avant de le rouvrir, j’ai été en colère, j’ai été chagrinée enfin bref un torrent d’émotions contradictoires, c’est comme cela qu’on reconnait un vrai coup de cœur.

Que vous soyez friand ou non de cette période je vous invite à découvrir cette superbe histoire.

Ma précédente chronique : Maintenant qu’il fait tout le temps nuit sur toi de Mathias Malzieu

Camille