Le 36 de Patricia Tourancheau

En 2017, les mythiques portes du quai le plus connu de France, le 36 quai des Orfèvres, se sont définitivement refermées après plus d’un siècle d’enquêtes diverses, de meurtre en tout genre de scandales qui ont fait parler. Journaliste évoluant dans le monde de la police judiciaire, Patricia Tourancheau signe avec ce livre une vibrante chronique des différents services. Entre témoignages, archives et souvenirs, l’auteure propose une dernière visite dans ce lieu emblématique de la PJ française.

Temps pour lire le roman : quelques jours

Lieu de lecture du roman : canapé, dehors, métro

Genre : Chronique

Merci aux Editions Points pour l’envoi !

Critique

Patricia Tourancheau a une obsession, et il s’agit du 36. Chef de la rubrique Police, banditisme et faits divers pour le journal Libération, l’auteure continue de creuser son obsession pour le compte du journal Les Jours. Elle est aussi la réalisatrice du dizaine de documentaires pour France Télévisions et l’INA.

Elle est une habituée du 36, quai des Orfèvres depuis 1990 où elle a franchi pour la première fois les portes. Ce livre est avant tout un recueil des chroniques qu’elle a tenu pour le site d’information Les Jours et qui est, au final, la bible de la Criminelle parisienne. On découvre ainsi les lieux fréquentés par les policiers (notamment les bistros qui bordent le 36), mais également le flic qui a tué Mesrine. On voit passer dans ces locaux Serge Gainsbourg, Michel Neyret. On côtoie la Rouquine, Madame Claude ou encore l’effroyable Grêlé. On plonge aussi au coeur des magouilles, des combines, des scandales qui ont fait et défait ce lieu mythique.

Si l’écriture est vivante, joyeuse, que ce livre est une encyclopédie du 36, je regrette parfois l’évocation de sujet multiple plutôt qu’un historique étape par étape de ce que fut le 36 quai des orfèvres, des débuts à aujourd’hui.

 

Conclusion

Un livre parfait pour les amoureux des histoires et des chroniques sur la police judiciaire, afin de visiter une dernière fois Le 36 quai des Orfèvres.