L’attrape-souci de Catherine Faye

Temps pour lire le roman : quatre jours

Lieu de lecture du roman : TGV, métro, canapé, lit

Nombre de pages du roman : 289 pages

Note : 4/5

Genre du roman : Roman d’aventure, d’initiation

Maison d’édition : Fayard/Mazarine

Aux premières pages du livre, la maman de Lucien, un petit garçon français, l’abandonne dans une librairie en Argentine à Buenos Aires. Lucien comprend vite qu’il n’arrivera pas de sitôt à retrouver sa mère et qu’il faut, en attendant, réussir à survivre à cette ville grouillante et menaçante dont il ne connait rien. Il entreprend donc malgré lui un périple dangereux et initiatique semé d’embûches et de rencontres farfelues. L’auteure nous propose une véritable mosaïque des strates de la société, Lucio passe donc de la communauté des sdf, à celui des prostituées, aux garçons des rues… Mais cela n’empêche pas au petit garçon de grandir, de se forger un physique d’homme et un caractère bien trempé.

On est donc transporté dans la frénésie de Buenos Aires et dans les bidonvilles adjacents, on vogue entre les passants, à travers les rues, les poubelles, les taxis pour suivre le petit Lucio. En plus de l’histoire du petit garçon, l’auteure délivre une critique de l’Argentine et surtout des hommes politiques argentins corrompus accusés de voler et d’appauvrir les habitants encore plus qu’ils le sont déjà et en plus, la police n’est d’aucune aide à Lucien dans cette histoire pour l’aider à retrouver sa mère.

Conclusion :

Ce fut une très bonne lecture qui m’a fait voyager à travers les bas-fonds argentins. On sent que l’auteure a l’habitude du pays et qu’elle sait aussi bien décrire efficacement et précisément les endroits dont elle parle (en effet elle est journaliste). J’ai eu beaucoup d’affection pour Lucien devenu Lucio, ce petit bout d’homme m’a vraiment ému… Cette histoire est touchante par les différents personnages qu’elle fait intervenir…

Je vous conseille cette lecture qui vous emmènera à coup sûr en Argentine !