La nuit de l’ogre de Patrick Bauwen

Médecin urgentiste, Chris Kovak est un homme aussi séduisant que sombre, hanté. A la sortie de son service, il prend en stop une jeune femme blessée. Après une discussion houleuse avec cette dernière, elle s’échappe du véhicule abandonnant derrière elle son sac. Celui-ci contient du sang ainsi qu’une tête de femme dans un bocal.

Parallèlement à cela, Audrey Valenti, son ancienne compagne, rejoint à nouveau les forces de police. Elle se voit confié une enquête sur une agression atroce qui a eu lieu dans le métro.

En quoi ces deux affaires sont-elles reliées ? Et qui est derrière tout cela.

Certainement pas le Chien. Même si ce dernier rode toujours dans les sous-sols de Paris, son endroit de jeu préféré.

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : métro, canapé, lit

Maison d’édition : Albin Michel

Nombre de pages du roman : 496 pages

Merci à Albin Michel pour ce livre !

Critique

Tâche ardue, après l’aussi bon Le jour du chien, d’écriture un bon roman sur la suite des aventures de Chris Kovak. Ma crainte était qu’arrive un essoufflement, une lassitude quant au personnage mais surtout au Chien. Mon verdict ? Absolument pas ! Je dirais même que ce tome est encore plus prenant que le précédent. Une chose est sûr, Patrick Bauwen maitrise l’art du suspense, de raconter les histoires, mais surtout de créer des personnages charismatique, attachant et détestable en même temps.

Comment ne pas évoquer le Chien, l’Inquisiteur des sous-sols de Paris ? Cet homme qui tue, qui massacre, qui torture, dans une quête visiblement mission par son Dieu. Je ne vous révèlerais pas son identité. Je vous laisse pour cela lire Le jour du chien ou / et lire ce nouveau roman. Quant à Chris Kovak, il est encore plus attachant et détestable qu’avant. Si ici un médecin urgentiste qui va se mettre dans la peau d”un détective peu paraître incongru, ce n’est pas le cas. Tout s’emboite parfaitement dans le schéma narratif créé par Partrick Bauwen.

Un léger bémol dans La nuit de l’ogre : je trouve que le personnage d’Audrey Valenti a perdu en profondeur et même en intérêt. Remarquez, cela est compensé par les excellents flics qui l’accompagnent à présent, que l’on aimerait d’ailleurs encore plus voir à l’avenir !

Côté histoire, vous allez être tenu en haleine ! Car si l’on a des soupçons, des idées quant à l’idée du meurtrier, impossible d’être certain avant la fin. pour ma part, je m’étais trompé. Remarquez, ce n’est pas étonnant : l’auteur ne laisse que peu d’indice. En tout cas ce roman est également l’occasion de plongé au coeur des universités de médecine, et des fraternités qui sont un monde très obscur pour nous, personne de l’extérieur.

Une dernière chose à souligner : ce que j’aime avec Patrick Bauwen, c’est que tout au long de l’histoire il distille diverses informations… que l’on a envie d’approfondir en lisant des articles sur internet. Un auteur qui arrive à susciter cet intérêt chez les lecteurs ne peut être qu’à recommander.

Conclusion

Au final, La nuit de l’ogre de Patrick Bauwen est un somptueux mélange de suspens, de passion, de peur, d’humour, de doute, qui donne la force à ce roman. Certainement l’une de mes meilleurs lectures de mai, une lecture que je recommande pour les adeptes des polars français… ainsi qu’à ceux qui souhaiteraient découvrir !

La nuit de l’ogre de Patrick Bauwen

Médecin urgentiste, Chris Kovak est un homme aussi séduisant que sombre, hanté. A la sortie de son service, il prend en stop une jeune femme blessée. Après une discussion houleuse avec cette dernière, elle s’échappe du véhicule abandonnant derrière elle son sac. Celui-ci contient du sang ainsi qu’une tête de femme dans un bocal.

Parallèlement à cela, Audrey Valenti, son ancienne compagne, rejoint à nouveau les forces de police. Elle se voit confié une enquête sur une agression atroce qui a eu lieu dans le métro.

En quoi ces deux affaires sont-elles reliées ? Et qui est derrière tout cela.

Certainement pas le Chien. Même si ce dernier rode toujours dans les sous-sols de Paris, son endroit de jeu préféré.

(suite…)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *