La nouvelle arche de Julie de Lestrange

Mathilde et ses amis sont issus d’une génération un peu particulière, en effet durant les premières années de leur vie ils se sont développés dans des faux placentas dans des machines jusqu’à atteindre un âge avancé pour être sûr de survivre… Une société futuriste pas si éloignée de la nôtre a pris le pouvoir et les fils sont compliqués à délier…

Temps pour lire le roman : cinq jours

Lieu de lecture du roman : canapé, TGV

Nombre de pages : 320 pages

Genre :  Dystopie, anticipation

Maison d’édition : Michel Lafon

Merci à Julie de Lestrange et à Michel Lafon pour ce livre !

Critique

Mathilde, personnage principal de notre roman, est étudiante au Centre, le fameux endroit où tout se passe dans la création de nouveaux humains, toujours améliorés pour être plus vigoureux. La jeune femme convoite un poste de recherche et pour cela s’engage à résoudre un problème avec certains spécimens. Mathilde d’habitude excellente élève et réservée va donc devoir enquêter, interroger, se questionner et remettre le processus entier en question afin de trouver la solution aux défaillances. Ces difficultés professionnelles rejaillissent sur sa vie personnelle entre ses amis, son chéri et ses parents.

J’ai bien aimé suivre le développement de pensées de Mathilde. C’est rare dans une dystopie de voir le personnage principal évoluer au fur et à mesure de l’histoire et de n’être pas directement super fort et badass, prêt à tout envoyer balader. Mathilde découvre avec le temps le système dans lequel elle évolue depuis toujours sans se poser de questions, elle passe par un cheminement et des actions plus ou moins significatives.

Je regrette juste de ne pas en avoir appris plus sur les autres amis de Mathilde. Ils sont malheureusement un peu relégués au second plan alors qu’ils ont l’air intéressants. J’espère en apprendre plus sur eux dans le tome suivant.

Conclusion

La nouvelle arche de Julie de Lestrange est un bon roman que j’ai su apprécier, j’ai hâte de découvrir la suite car la fin réserve beaucoup de suspens et de projets à venir. L’écriture de l’auteure m’a de nouveau bien plu, très fluide et réflexive.

Je vous conseille ce livre, qui n’est pas sans rappeler Aldous Huxley, Brave New World (Le meilleur des mondes) et George Orwell, 1984 !

Ma précédente chronique : Le projet Starpoint tome 2  – Marie-Lorna Vaconsin

Camille