La mille et deuxième nuit de Carole Geneix

Temps pour lire le roman : Trois jours

Lieu de lecture du roman : Canapé

Nombre de pages du roman : 303

Note : 4,5/5

Genre du roman : Policier

Maison d’édition : Rivages

Un grand merci aux Editions Rivages pour ce livre !

La mille et deuxième nuit c’est une fête grandiose organisée par M. Poiret, le plus grand styliste parisien des années 1910. Le tout-Paris se presse à cette fête aux décors somptueux, aux mets délicats et aux filles toutes plus jolies les unes que les autres. Cependant pendant la soirée, un meurtre est commis, il s’agit de la Comtesse, la protégée du personnage principal, Dimia.

En voulant découvrir le meurtrier, on apprend beaucoup d’affaires sous-jacentes qui impliquent les grands du monde. De plus, le contexte raciste et antisémite juste après l’affaire Dreyfus rend les choses encore plus compliquées car la police accuse facilement les Juifs sans trop se poser de questions. Un Juif est toujours coupable pour eux surtout à l’époque où les analyses ADN sont peu fréquentes voire inexistantes. Dans trois parties distinctes, les esprits s’échauffent, se fuient ou se rejoignent pour tenter de découvrir la vérité. Entre luxe, luxure, haine et amour ; c’est une vraie plongée dans le Paris de la Belle Epoque avec des descriptions sublimes qui font rêver.

Conclusion :

J’ai vraiment beaucoup aimé ce livre, autant l’ambiance que l’histoire et j’étais presque triste de le refermer et de laisser les personnages. L’écriture de l’auteure était vraiment agréable, simple mais détaillée. Je suis vraiment passé juste à côté du coup de cœur ! J’ai été vraiment contente de la fin qui m’a paru achevée contrairement à de nombreux livres où l’épilogue est souvent rapidement expédié.

Si vous aimez la période de la Belle Epoque et les histoires policières pas trop prises de tête, ce livre est fait pour vous ! d’autant plus que la couverture est magnifique !!