La brodeuse de Winchester

La brodeuse de Winchester

La brodeuse de Winchester – Tracy Chevalier

 

Traduit de l’anglais par Anouk Neuhoff

 

La lecture idéale pour la saison.

 

Tracy Chevalier nous ouvre les portes d’un nouveau roman particulier. On va y suivre la vie de Violet Speedwell qui est une femme anglaise « excédentaire ». En effet, après la première guerre mondiale qui a décimé la plupart des hommes en âge de se marier, les femmes ont bien du mal à se trouver un partenaire.

Se marier dans les années 30 c’est plus qu’un acte d’amour c’est n moyen de se justifier, de ne pas être seule, de pouvoir profiter d’une certaine liberté et de ne pas avoir à travailler ou à être dépendante de ses parents.

Violet a perdu son amour à la guerre, elle est bien décidée à être indépendante désormais. Mais son salaire maigre, sa chambre glaciale chez sa logeuse, sa relation conflictuelle avec sa mère ne sont pas vraiment réjouissant et libérateur. 

Heureusement, Violet va trouver un sens à son existence un peu fade en rejoignant le groupe des brodeuses de Winchester qui s’occupe de créer des coussins et des agenouilloirs pour la sublime cathédrale. Violet va se passionner pour les travaux d’aiguille, comprenant au fur et à mesure le jeu des designs et des couleurs. 

Sur sa route, elle va également se faire des ami(e)s et arriver de mieux en mieux à s’affirmer et à se plaire dans sa vie de femme indépendante.

 

Tracy Chevalier a écrit ce roman comme une brodeuse réalise son travail, par petites touches de couleurs, avec des moments plus au moins longs, des péripéties mais aussi des scènes marquantes qui resteront dans ma mémoire. Elle offre un magnifique hommage à la peinture à l’aiguille, expliquant les techniques et arrivant à transmettre la beauté des broderies dans sa plume. Elle nous offre également une véritable leçon sur l’art campanaire (l’art des cloches et de sonner les cloches des églises) et j’ai trouvé cela assez passionnant !

 

Un roman « tranche de vie », qui prend son temps, qui est plein de parfums, de courant d’air, de couleur de fils de broderie. Un roman qui n’est pas sensationnel, qui comporte peu d’action mais qui a véritablement le don de nous faire voyager à Winchester, de nous asseoir auprès de Violet lorsqu’elle brode ou voyage dans les champs.

 

Une réussite, parfaite à lire sous un plaid cet hiver !

No Comments

Post A Comment