Je me suis tue de Mathieu Menegaux

Temps pour lire le roman : Moins d’une journée

Lieu de lecture du roman : métro

Nombre de pages du roman : 137 pages

Note : 4/5

Genre du roman : Thriller

Bonjour à tous ! Aujourd’hui, une review un peu particulière. En effet, Camille et moi donneront notre avis sur Je me suis tue de Mathieu Menegaux.

Premier livre de l’auteur, nous suivons Claire, qui nous livre sa longue descente au enfers. A savoir ici la maison d’arrêt des femmes de Fresnes. Victime d’un crime horrible, elle a choisi de n’en parler à personne et de porter seule le fardeau. Et assumer toutes les conséquences qui vont en découler. Après avoir commis un acte irréparable, le mutisme va devenir sa seule arme de défense que ni son mari, ni ses proches, ni la justice n’arrivera à briser.

Avis de Quentin

Ce livre est dur. Très dur. J’ai compatis pour cette femme, j’ai eu envie de l’aider. J’ai eu envie de lui crier plusieurs fois d’en parler à son mari, de lui dire ce qui s’était passé. Mais elle ne peut pas nous écouter, nous sommes que les simples spectateurs d’un mal-être trop profond. Nous ne pouvons suivre que sa longue descente dans les abîmes, sans pouvoir l’aider.

Il m’est difficile pour moi de juger ses choix. Je suis un homme, et je pense que à ce titre je ne peux pas comprendre totalement ses réactions. Point intéressant : l’auteur est lui aussi un homme. Qu’un homme ait réussi à retranscrire tout cela, j’ai encore du mal à y croire. Court mais intense, l’auteur nous tient du début à la fin, sans que l’on ait envie de lâcher ce livre.

Cela vient notamment de son héroïne. Ou plutôt de son anti-héroïne, qui est pour autant attachante alors que ce qu’elle commet, même si ce qui lui est arrivé est abominable, est impardonnable. Claire constitue tout ce que l’on aime et ce que l’on déteste. Une femme qui avait réussi et à qui on a donc encore moins envie de pardonner. Malgré ses problèmes. Dur mais vrai. Claire restera tout au long du roman une personne dure, froide, et légèrement détachée.

Ce roman poser de véritable questions sur notre société et sur la place qu’occupe “les victimes” et au regard qu’on leur lance. Combien de femmes bourgeoises, cadres, appartenant la haute société, cachent des secrets aussi grands ? Combien finissent par craquer ? C’est là le plus horrible, car on sait que c’est la vérité…

Avis de Camille

Je suis entrée très facilement dans l’histoire grâce à l’écriture très fluide de l’auteur qui est à la fois simple mais incisive. L’histoire de fond est tragique mais elle dénonce beaucoup de problèmes de notre société notamment de l’importance que l’on accorde aux regards des autres et du qu’en dira-t-on. Le livre repose aussi sur le besoin d’une femme de materner et la pression sociale qu’elle peut subir si elle n’a toujours pas d’enfants passé un certain âge. La maternité occupe donc une place prépondérante.

L’auteur me fascine car il réussit à dépeindre très fidèlement les pensées féminines notamment autour de l’amour, de la maternité et du rapport à son corps. Cela m’a vraiment surpris qu’un tel livre, un tel témoignage fût écrit par un homme.

Ce livre m’a chamboulé, il a modifié mon regard sur le monde que je côtoie tous les jours. Il est aussi très choquant et j’ai eu du mal à me sortir cette histoire de la tête. Je crois que le pari de l’auteur est alors réussi puisqu’on ressent de la pitié et de la compassion pour une personne qu’on aurait jugé rapidement sans connaître ce qui lui était arrivé.

Je vous conseille vraiment ce petit bijou. Ce livre est très court mais très intense et on n’en ressort certainement pas indemne. Il laisse néanmoins une impression d’inachevé, comme si l’auteur s’était lui-même retrouvé dans l’impossibilité de faire évoluer l’histoire. Même si la fin est peu intéressante, ce qui compte ce sont les idées dénoncées et le pouvoir de l’autre sur soi-même. De plus, il dénonce cette anti-culture du viol, un acte qui reste encore tabou puisque de nombreuses femmes vivent un viol comme une punition et non comme une maltraitance et pour cela ne se font pas aidées. J’espère que ce livre peut également avoir un retentissement sur les personnes victimes de viol qui pourraient prendre conscience de la nécessité d’aller consulter un médecin et d’aller voir la police, grâce à cette histoire un peu différente des autres.

Conclusion

En bref, un livre coup de poing qu’il faut avoir lu pour sa culture et pour changer son propre rapport au monde contemporain. L’auteur réussit ici un tour de maître en signant un premier livre qui fait l’unanimité.

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter Je me suis tue, cliquez ici !