Janet de Michèle Fitoussi

Comment parler de Janet Flanner sans évoquer Paris, sans évoquer le New Yorker, mais également sans évoquer son amour pour les femmes ? Féministe, pacifiste, gay, grande séductrice, coquine, colérique, peu sur d’elle. Une journaliste hors pair, qui réussit à percevoir le danger, avant les autres, du totalitarisme.

Vous ne connaissez pas Janet Flanner. J’ai envie de dire, c’est normal. Laisse Michèle Fitoussi vous raconter l’histoire d’une femme qui a révolutionné le monde du journalisme.

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : métro, bus, canapé, lit, bureau

Nombre de pages : 384 pages

Genre : biographie

Maison d’édition : JC Lattès

Un grand merci à JC Lattès pour ce livre de la rentrée littéraire

Critique

Dans Janet, Michèle Fitousi rend un hommage brillant à Janet Flanner. Mais qui est-elle ? Janet est une grande journaliste et reporter américaine de l’entre deux-guerres, puis de la chute des fascistes, qui a pendant longtemps oeuvré au New-Yorker en envoyant des chroniques sur la vie des parisiens… à Paris !

Plus on avance dans la lecture de Janet, plus l’on se pose la question : comment cela se fait-il que nous n’ayons jamais entendu parler de Janet Flanner ? L’explication réside peut-être dans une explication de Michèle Fitoussi : les hommes lui ont, à la fin de sa vie, fait de l’ombre. Comme tout du long d’ailleurs.

Michèle Fitoussi arrive avec brio à nous entrainer dans cette biographie comme si nous étions dans un roman. On espère pour Janet, on a peur pour elle, on s’émerveille devant les beautés qu’elle peut voir… Alors qu’au final, tout est déjà écrit. Mais l’auteure, avec son magnifique style, nous transporte dans l’univers de cette journaliste avant-gardiste.

Conclusion

Janet de Michèle Fitoussi est incontestablement une magnifique plongée en plein coeur de l’histoire d’une jeune femme ayant quitté l’Amérique pour découvrir le monde, mais surtout Paris. Un livre qui nous permet de connaître une femme hors du commun, qui bien avant beaucoup, à plus qu’oeuvrer pour montrer que la femme doit avoir une place importante dans notre société. Peut-être l’une des premières féministes, mais également l’une des premières journalistes. Dans un Paris en plein boum, bousculé par les crises mais également par les changements de vie. Tout simplement bluffant.

Ma précédente chronique : Le douzième chapitre – Jérôme Loubry

Quentin