Iskari tome : Asha, tueuse de dragons de Kristen Ciccarelli

Asha est la princesse du royaume de Firgaard. Solitaire, elle est intimement liée à l’interdiction des légendes dans le royaume, jugées dangereuses. Crainte par son peuple, tueuse de dragons, elle est surnommée “Iskari” par tous.

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : canapé, métro, bus, RER, lit

Nombre de pages : 432 pages

Genre : Roman fantastiques

Maison d’édition : Gallimard Jeunesse

Merci aux éditions Gallimard Jeunesse pour l’envoi de ce roman accompagné d’une magnifique box !

Oyez brave gens ! Bienvenue dans ma critique sur le premier tome de l’une des nouvelles sagas fantastiques qui débarque en France en cette année 2019 ! Il s’agit, comme vous avez pu le lire, du premier tome de Iskari nommé Asha, tueuse de dragons de Kristen Ciccarelli. Vous avez peut-être eu l’occasion de le voir passer sur nos Internets sous le titre (In English please !) de The Last Namsara.

Avant de commencer, je tiens à saluer l’excellent travail de Vanessa Rubio-Barreau pour la traduction du roman. Cela me tient à coeur. Je trouve que nous oublions bien souvent les traducteurs qui pourtant donne vie au texte dans notre belle langue de Molière…

Résumé

De quoi parle Iskari tome ? Principalement de la jeune Asha, qui à l’aube de la vingtaine, et crainte à travers tout le royaume de Firgaard ! Et pour cause, en plus d’avoir causé l’un des pires malheurs des dernières années (je vous laisse lire le livre pour le découvrir), elle est également celle qui chasse les dragons. Elle est par ailleurs surnommée Iskari, terme qui renvoie aux légendes des Temps Anciens.

Et justement, parlons de ses Légendes ! Car depuis que la Reine et l’ensemble des racontes du Royaume ont été empoisonné par les histoires qu’ils ont pu raconter, les légendes sont bannis du Royaume (sous peine de mort) et les dragons, qui en sont les premiers pourvoyeurs et les plus attentifs, traqués jusqu’au dernier.

Sans trop vous dévoiler l’histoire, Asha va se voir confier de la part de son père, le Roi, la mission d’abattre le Premier des Dragons afin de faire disparaître les légendes des Temps Anciens. Alors qu’elle va s’exécuter, l’un des premiers Namsara (les héros des légendes) vient lui parler et l’enjoint de ne pas faire cela. Et lui lègue plusieurs présents au fur et à mesure de l’histoire pour la mener sur les chemins de sa nouvelle quête.

Critique

Voilà pour ce qui est du résumé de l’histoire (de manière rapide et surtout sans spoil !). Mais qu’en est-il du fond pour Iskari tome ? Et bien j’ai été happé par l’univers de Iskari si bien que j’ai eu du mal à m’en détacher. Il faut dire que Kristen Ciccarelli a construit ici un véritable univers, plutôt complexe pour un début. Qui a déjà ses propres légendes et ses propres héros. Bien avant l’histoire que nous lisons.

Il faut aussi dire que la volonté du Roi de voir l’Ancien Temps disparaître, peut raisonner de différentes manières chez chacun. De mon côté, outre l’intérêt pour le scénario, j’ai pu y voir une référence à certaines des époques les plus sombres de notre histoire (que ce soir les tyrannies encore en cours comme celles passées…). On peut également y trouver des questions sur l’estime de soi, le regard des autres, la puissance des croyances, l’esclavage, les mensonges… Bref, un roman qui permet autant de se détendre que de réfléchir.

De plus, on s’attache particulièrement au personnage ! Que ce soit Dax (le frère de Asha) ou Asha elle-même, ainsi qu’à un personnage qui va faire tourner la tête de notre belle Iskari (que je vous laisse découvrir). Si ces derniers pourraient peut-être être plus travaillés et bénéficiers de quelques ajustements, j’ai apprécié de suivre leurs histoires et de voir surtout leurs idées évoluer au fil du livre.

Conclusion

Iskari tome 1 : Asha, tueuse de dragons est pour moi l’une de mes principales découvertes en terme de roman fantastiques “adolescent / jeune adulte” de ces dernières années (avec le Passe-miroir). Exit ici les mondes où la magie est dominante, les romans suivants l’évolutions de teenagers ou encore d’autres clichés des romans adolescents. Place ici à un savant mélange entre l’action de Game of Thrones et la douceur et surtout la part de mystère des Contes des Milles et Unes Nuits. Une saga plus que prometteuse à laquelle Kristen Ciccarelli vient de donner vie et qui débarque pour notre plus grand plaisir en France. Foncez l’acheter !

De mon côté, je vous donne rendez-vous en 2020 pour découvrir la suite de cette palpitante aventure !

Ma précédente chronique : La bibliothèque de Mount Char – Scott Hawkins

Quentin