Hiver à Sokcho de Elisa Shua Dusapin

Sokcho est une petite ville portuaire qui se situe non loin de la Corée du Nord. C’est là qu’une jeune femme s’ennuie ferme dans une pension vieillissante. Son unique activité : cuisiner chaque jour pour les trop rares visiteurs qui viennent s’isoler du monde. Seulement, la monotonie de l’hiver va être rompue par l’arrivée inopinée d’un Français, auteur de BD. Un lien, fragile, va s’établir entre ces deux personnages au fur et à mesure de leurs observations, de leurs frôlements …

Temps pour lire le roman : une heure

Lieu de lecture du roman : train

Nombre de pages : 146 pages

Genre : littérature

Maison d’édition : Folio

Un grand merci à Folio pour ce livre !

Critique

Dans la petite ville de Sokcho, il ne se passe pas grand chose. La vie n’est donc pas très mouvementée pour l’héroïne qui travaille dans une petite pension qui accueille les voyageurs. Un en particulier va attirer son attention, il s’agit d’un jeune homme français qui est dessinateur de bande dessinée et décide que le dernier tome de sa saga va se passer dans la petite ville portuaire de Sokcho. La jeune femme se prend donc d’affection par ce jeune homme un peu perdu et lui fait découvrir la région.

L’auteure développe avec minutie une petite relation entre les protagonistes. La ville de Sokcho révèle quelques secrets notamment sous couvert les problèmes de santé de l’héroïne dont on apprend finalement que très peu. Même si beaucoup de choses restent sous-entendues et pas développées, on ne s’ennuie pas et l’imagination s’emballe au fil des mots…

Conclusion

Ce tout petit livre m’a accompagné lors d’un trajet en train et je pense que c’est la meilleure occasion pour lire cette histoire : d’une seule traite. Ainsi, j’étais totalement plongée dans les tribulations du personnage principal et je n’ai pas perdu le fil malgré les chapitres tous différents.

Un petit roman, un joli phrasé pour passer un bon moment, tout en légèreté.