Histoire de l’amour et de la haine de Charles Dantzig

Temps pour lire le roman : quelques jours

Lieu de lecture du roman : Bus, métro, lit

Nombre de pages du roman : plus de 350

Note : 4/5

Genre du roman : Indéfinissable, entre la prose poétique et un essai (surtout des pensées)

Maison d’édition : Livre de Poche

Merci beaucoup à Le livre de poche pour ce roman !

Ce roman se lit presque comme un recueil de poèmes tant l’histoire est décousue. Vous pouvez le prendre à n’importe quel grand chapitre (qui correspond à un grand thème comme l’amour, l’amitié, le sexe…) et en lire de brefs extraits.

Les personnages ne sont pas définis entièrement et ne répondent pas à une logique romanesque. Ils n’ont pas de rôle, on apprend leur histoire par intermittence, ils n’ont pas l’air de vraiment exister en tant que personnages. Ils sont plutôt des supports; des outils pour l’auteur afin qu’il puisse faire passer son message plus aisément.

Conclusion :

Ce livre aborde de nombreux sujets avec un ton très juste. Quelques bribes de vies, des souvenirs, des pensées, des personnages qui s’aiment mais qui se confrontent à la dure réalité du monde. L’auteur réussit à mettre par écrit ce qu’il pense de notre situation actuelle, de notre société actuelle, le livre en est à la fois poétique, politique et militant.

Je vous conseille ce livre qui ne ressemble à aucun autre mais qui n’en est que d’autant plus intéressant. J’ai été d’accord avec la plupart des propositions de l’auteur notamment sur ses positions pour l’homosexualité ou le féminisme. De plus, le livre est même agrémenté de quelques images ou dessins, rendant la lecture plaisante. Les chapitres sont courts, les thèmes abordés sont intéressants et d’actualité même si l’auteur multiplie les références et les provocations si bien que parfois on est perdus dû au manque de réel fil rouge narratif.

Mais au fil des pages, on finit plus par s’adapter que par s’habituer à ce style très particulier qui oscille entre l’essai et la prose poétique.