Roxane travaille avec sa meilleure amie. Ensemble elles ont fondé une boite de guide de voyages. Roxane contribue au blog qui y est associé. Elle part tout le temps aux quatre coins du monde et de France pour découvrir des lieux insolites (hôtels, restaurants, activités et visites) à faire partager à ses lecteurs.
Ce rythme de vie l’a obligé à faire des choix…

Merci à Carène et aux éditions Michel Lafon pour l’envoi de ce roman !

Temps de lecture : trois jours, happée par cette lecture

Lieu de lecture : canapé

Nombre de pages : 346 pages

Genre : Contemporain, feel-good

Maison d’édition : Michel Lafon

Une fois encore, j’ai été ravie de retrouver la plume de Carène Ponte. Une plume qui arrive facilement à me faire rire mais aussi à me faire pleurer. Dans ce roman encore plus que dans les derniers que j’ai lus de cette autrice, j’ai ressenti beaucoup d’émotions pour les personnages et leurs histoires personnelles et intimes.

De vraies montagnes russes !

Dès le début, on comprend que Roxane est en deuil d’un enfant, de son enfant. On n’apprend les circonstances qu’au fil des pages mais on sent très rapidement la colère que la jeune mère ressent ainsi que sa douleur qui l’enjoint dans sa solitude. Cependant, dans son travail, Roxane doit continuer de voir des gens, de voyager, de découvrir. Sur son chemin apparaissent donc autant d’anges gardiens, de personnalités riches qui la tirent vers le haut. J’ai eu un coup de cœur pour Gwenole, un vieux monsieur passionné par les cravates hautes en couleur qui traverse avec honneur la maladie de sa femme : Alzheimer.

Sans tout vous révéler, je peux vous dire qu’avec Et ton coeur qui bat vous ne serez pas déçu.e.s en lisant ce roman. C’est un peu les montagnes russes entre les articles de blog de Roxane qui sont presque hilarants car on s’imagine très bien à sa place ainsi que les révélations et confessions beaucoup plus abruptes et difficiles…

Rendez-vous sur le site de Decitre ou dans leur librairie pour vous emparer de Et ton coeur qui bat !

Vous pouvez également lire ma chronique sur Vous faites quoi pour Nöel de Carène Ponte.

Camille