Edouard VII, un roi anglais made in France de Stephen Clarke

Temps pour lire le roman : une semaine

Lieu de lecture du roman : train, lit, voiture…

Nombre de pages du roman : 373 pages

Note : 4/5

Genre du roman : Historique, humoristique

Maison d’édition : Albin Michel

Résumé : Edouard VII a toujours nourri une passion pour la France. Amant des plus célèbres actrices, courtisanes et danseuses parisiennes, il parlait un français plus parfait encore que son anglais, et fut le premier invité sur la tour Eiffel, malgré l’interdiction officielle de la couronne anglaise. Ses atouts de séduction à la française sont à l’origine de la prouesse diplomatique qui scella l’Entente cordiale. Un roi typiquement anglais ? Pas du tout ! Avec un humour inimitable, Stephen Clarke, auteur du best-seller God save la France, montre qu’avant de devenir roi, c’est en France que “Dirty Bertie” a tout appris de la vie !

Ce livre raconte l’histoire d’Edouard VII, un roi anglais qui nourrissait un amour profond pour la France, le luxe et toutes les bonnes choses françaises au dépit de l’étiquette britannique. Edouard s’intéresse beaucoup à la littérature française et lit Flaubert et Maupassant, tout en s’épanouissant avec mille et une courtisanes. Il fait donc partie du beau monde tout en s’en amusant beaucoup. L’auteur est à la fois critique et en même temps on ressent son attendrissement envers Edouard. La somme de recherches historiques, de faits, de petits et de grands événements est assez impressionnante. Chapeau à l’auteur d’avoir crée une fresque historique autour d’un personnage aussi peu connu et aimé des anglais.

Conclusion :

Moi qui adore l’histoire, j’ai vraiment apprécié cette lecture qui en apprend beaucoup sur Edouard VII et sur la société de son époque. Comme vous le savez j’adore l’anglais et j’aime toujours en apprendre plus sur les mœurs anglaises et surtout britanniques. J’ai également beaucoup tous les tableaux que dresse l’auteur sur la société française d’aujourd’hui.

Je vous conseille vraiment ce livre si vous êtes friand de cette période car ce n’est pas seulement que sur Edouard VII mais sur toute la société bourgeoise du XIXème siècle.