Ecrire à l’élastique de Iegor Gran et Nicolas Fargues

Temps pour lire le roman : quelques jours

Lieu de lecture du roman : train

Nombre de pages du roman : environ 200 pages

Note : 3,5/5

Genre du roman : Roman épistolaire, correspondance entre deux auteurs désabusés

Ce roman est un roman épistolaire, c’est-à-dire un échange de lettres entre deux auteurs qui sont très amis. Un d’entre eux quitte Paris pour aller habiter quelques temps en Nouvelle-Zélande afin de retrouver l’inspiration pour écrire ses romans. Pour rester en contact avec son confrère parisien, il décide de lui envoyer une lettre et peut à peu un véritable échange s’instaure entre eux.

Nicolas, qui est désormais en Nouvelle-Zélande, a laissé une amante à Paris que Iegor est chargée de retrouver et de la convaincre de rejoindre Nicolas. Cependant cette petite histoire anodine ne révèle pas le vrai message que veulent passer les deux auteurs.

En effet, chacun avec leur style propre et leur plume bien particulière, donne ses idées et idéaux sur la littérature notamment le monde littéraire d’aujourd’hui, la galère d’être écrivain, de trouver une maison d’édition, de se faire une place sur la scène littéraire nationale comme d’avoir un siège au salon du livre. Tous les deux montrent leur vrai talent même s’ils sont conscients de n’être pas aussi célèbre que Musso, Levi (et même Echenoz qui en prend pour son grade) et qu’ils ne le seront jamais.

Le ton est cynique parfois franchement moqueur mais c’est plutôt agréable. Les deux auteurs caricaturent autant la radio que l’édition et surtout la ville même de Paris : vivier d’auteurs à la recherche de succès et éditeurs vautours pour repérer ce qui se vendra le mieux.

Conclusion

J’ai bien aimé l’écriture, surtout celle de Iegor Gran que j’avais déjà apprécié dans La Revanche de Kévin. Bien que j’ai du mal avec les romans épistolaires, j’ai apprécié la forme car elle desservait parfaitement le projet des auteurs.

Cependant, j’ai trouvé des longueurs pour mener une histoire de fond anodine qui finalement n’était pas très utile pour trouver l’essence du livre. Je pense que lees auteurs auraient pu totalement faire ce livre et délivrer leur avis, aller même encore plus loin dans leur réflexion sans utiliser une histoire aussi lourde.

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter Ecrire à l’élastique, cliquez ici !