Dis, quand reviendras-tu ? De Madeleine de Place

Parler du héros sans jamais le faire parler, c’est l’ambition de ce livre. Gabriel est raconté par toutes les femmes de sa vie : sa mère, sa mère adoptive, sa belle-mère, sa grand-mère, sa sœur, sa femme, sa maîtresse, sa fille… Des générations de femmes marquées par cet homme en particulier…

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : canapé

Nombre de pages : 230 pages

Genre : roman

Maison d’édition : La Martinière

Merci aux éditions de la Martinière pour l’envoi de ce roman !

Critique

‘’Alors que je faisais la queue pour acheter ma place, mon attention a été attirée par un homme qui attendait sur le trottoir à quelques mètres de moi, en fumant une cigarette. Je l’aurais reconnu entre mille. Devant moi, dix ans plus tard, Gabriel et ses grands yeux noirs. Comme il se tenait de trois quarts, je pouvais l’observer à mon aise. Il était devenu un homme’’

Gabriel a un profond mal-être au fond de lui. Il ne parvient pas à se poser et à être heureux entouré des siens. Il ressent un manque, un vide évident qu’il ne peut combler. Les différentes femmes de sa vie défilent pour expliquer au lecteur leur place et l’importance qu’elles ont jouée chacune dans la vie du personnage principal. Gabriel est donc à la fois si présent et si absent à chaque page du livre. Il souffre beaucoup mais fait aussi souffrir ceux et surtout celles qui l’entourent.

Découvrez Gabriel à travers Louise, Mamita, Esther, Véronique, Margaux, Sarah et Clara… Je ne vous en dévoile pas plus pour laisser intact tout le charme de cette œuvre originale…

Conclusion

J’ai adoré Dis, quand reviendras-tu qui se démarque avec sa narration si particulière et si prenante. Découvrir les multiples facettes de Gabriel avec les personnes qui l’ont connu. J’ai dévoré les dernières pages qui font parties des plus douloureuses de l’histoire mais aussi des plus sensibles et délectables. Beaucoup d’émotion se dégage de ce roman et j’ai versé quelques larmes.

Je vous recommande ce beau roman empli de secrets et de révélations avortées.

Ma précédente chronique : Le retour du Jeune Prince – A. G. Roemmers

Camille