Défense de nourrir les vieux de Adam Biles

Traduit de l’anglais par Bernard Turle

La maison de retraite des Chênes Verts est une maison de retraite pas tout à fait comme les autres. La direction est sévère et les résidents commencent à comploter pour ne pas se laisser faire.

Temps pour lire le roman : une semaine

Lieu de lecture du roman : lit, canapé, terrasse

Nombre de pages : 522 pages

Genre : Humour

Maison d’édition : en lettres d’ancre Grasset

Critique

Adam Biles fait le pari de créer des personnages âgés au sein d’une situation traditionnelle : des vieux dans une maison de retraite. Cependant, chacun de ces ‘’vieux’’ a sa propre personnalité bien tranchée. On s’attache très vite à Dot, Smithy, Betty qui ont tous plus de bêtises à revendre. Ils s’organisent donc pour contrer les soignants qui leur font vivre un véritable enfer.

La bande se lance donc dans des petits projets pour se distraire jusqu’à ce qu’un projet en particulier devienne plus important que les autres, le fameux Air Souls. Sans trop vous en dévoiler, je vous assure que c’est une franche partie de rigolade, du début de l’organisation jusqu’à l’accomplissement.

Même si le ton est très humoristique, l’auteur a tout de même réussi à me toucher à certains moments surtout quand les personnages se livrent sur leur passé et nous délivrent d’importants messages d’espoir pour l’avenir.

Conclusion

L’auteur nous livre une histoire rocambolesque et euphorique à certains passages. Il surfe sur la réalité de ce monde particulier des maisons de retraite du troisième âge tout en apportant un humour frais et entraînant grâce à sa plume. De plus, la mise en forme du roman est insolite avec des changements de couleurs, des passages barrés et un découpage qui facilite la lecture bien que le livre soit un pavé !

Si vous recherchez un bon roman, bien écrit et vraiment drôle, foncez !

‘’C’est notre cas à tous, n’est-ce pas ? fit-elle. Mais je n’ai encore vu aucune vie se terminer proprement. Pour ma part, j’en ai ma claque, des résolutions à la noix.’’