De l’autre côté des montagnes de Kevin Canty

Temps pour lire le roman : une semaine

Lieu de lecture du roman : canapé, lit

Nombre de pages du roman : 258 pages

Note : 3,75/5

Maison d’édition : Albin Michel

Merci au Picabo River Book Club !

En 1972, dans une petite ville du nord-ouest des Etats-Unis, la mine d’argent est tout. Elle donne du travail aux hommes, et donc de l’argent, régie la vie des familles, est le centre de l’univers. Mais une catastrophe va survenir, tuant des dizaines d’hommes, et la communauté va alors être secouée. On va alors suivre l’histoire Jordan, qui doit élever ses jumelles ; de David, qui renonce à ses études ; Ann, qui voit sa vie retournée ; Lyle, qui va voir l’existence d’une autre manière.

Première chose à dire : ce roman mérite entièrement sa place dans le catalogue ‘Terres d’Amérique » d’Albin Michel, quoi que l’on pourrait aussi le retrouver dans d’autres maisons d’éditions (je pense notamment à Gallmeister !). On se retrouve transporter en Amérique, dans les années 70, et dans tout ce que la vie là-bas pouvait avoir de positive… et de négative ! A travers l’écriture, on sent toute la sensibilité de l’auteur et tout ce qu’elle essaye de véhiculer à travers son livre. Le livre démarre bien, on rentre facilement dedans, on est directement séduit par l’écriture.

Mais malheureusement, vers la centième page, on retombe de notre petit nuage : l’intrigue a du mal à avancer, les personnages ne sont qu’en demi-teinte, loin de ce que l’on aurait pu espérer et les catastrophes s’enchainent un peu trop rapidement à mon goût.

Conclusion :

Je suis légèrement déçu par ce que ce roman a final donné, alors qu’il nous promettait beaucoup de chose ! Malgré tout, je pense que cette ambiance noire, glauque, cette violence, mais aussi cette détresse venant de la mine va me poursuivre pendant quelques temps !