Au service secret de Marie Antoinette : L’enquête du Barry de Frédéric Lenormand

Quatre avant le début de l’histoire, les bijoux de la Comtesse du Barry, proche du roi Louis XV, ont disparu. Depuis, les cadavres se font de plus en plus nombreux. La nouvelle Reine Marie-Antoinette va alors choisir un improbable duo pour mener l’enquête, entre Paris et Versailles : Rose Bertin la couturière et Léonard Autier le coiffeur.

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : canapé, lit, métro, bus, RER

Nombre de pages : 341 pages

Genre : Enquête & humour

Maison d’édition : La Martinière

Merci aux éditions de la Marinière pour le livre ainsi que pour l’invitation dans les locaux !

Critique

L’enquête va nous faire parcourir, en compagnie de Rose et de Léonard, les rues parisiennes du 18ème siècle, alors en pleine transformation. Apportant avec son lot d’intrigues, de cachotteries.

Comment ne pas se laisser entrainer dans l’aventure de ces deux personnages ? De plus, leur “haine” réciproque apporte son lot de situations cocasses. Car après tout, ils espèrent que grâce à cette enquête, ils pourront tirer leur épingle du jeu.

Qu’est-ce qui ressort de cette histoire ? Que malgré parfois un dégoût du premier abord, l’envie de monter chacun de son côté, l’entraide et l’amitié prime parfois.

Du côté du style de l’auteur, cela est plaisant à lire. Nous ne sommes pas bien sûr dans un roman de Thilliez, Chattam ou encore Lemaitre. Mais là n’est d’ailleurs pas le but ! Puisque, avec Au service secret de sa majesté, nous avons envie de sourire, de rigoler, de prendre du bon temps. Et c’est là tout ce que l’on demande.

Peut-être qu’au début, on a un peu de mal avec les nombreux personnages qui parsèment le roman. J’avoue d’abord avoir été un peu perdu…

Conclusion

Ce premier tome de Au service secret de Marie Antoinette de Frédéric Lenormand est plaisant à lire et présage de bonnes choses pour la suite ! Une saga en tout cas à suivre. Si vous êtes fan d’Agatha Raisin ainsi que du XVIIIème siècle, je vous conseille de vous lancer !

Ma précédente chronique : Un dieu dans la poitrine – Philippe Krhajac

Quentin