Article 36 de Henri Vernet

L’article 36 est activé, donnant des pouvoirs exceptionnels à l’armée. Dès l’aube du 13 janvier 2020, les chars Leclerc pénètrent dans Paris, des unités d’élites stationnent au pied des cités… Dispositif oublié, hérité des heures sombres des régimes du XIXe siècle, il n’a jamais été activé depuis la seconde guerre mondiale. Pure fiction, ceci pourrait pourtant être (un jour) bien réel…

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : canapé, bus, métro, lit

Nombre de pages : 400 pages

Genre : fiction

Maison d’édition : Fayard

Merci aux éditions Folio pour ce roman !

Critique

Dans Article 36, Henri Vernet propose au lecture de le suivre dans une histoire ou ce dernier va devoir regarder, observer, tenter de comprendre les arcanes du pouvoir, comment pourrions -nous, qui sait en arriver là, mais aussi en tirer de réels conclusions.

Retrouvant ici légèrement l’esprit qui règne dans la sublime et magnifique série qu’est Le bureau des légendes (que je ne peux que vous conseiller de regarder), l’auteur nous narre les intrigues du château (l’Elysée), la tentation du pouvoir pour certains militaires, ou encore les dérives qui pourraient se produire au sein même de notre constitution.

L’atout de ce roman (fictif bien sûr) est d’être écrit tel un polar, une intrigue à suspense dont on cherche à connaître l’aboutissement, le tenant. Difficile parfois de voir que, à travers ces lignes, se cachent des choses belles et bien réelles…

Conclusion

Sans être révolutionnaire dans sa manière d’écrire ou dans sa trame, Article 36 de Henri Vernet à le mérite d’exposer aux yeux de tous l’un des rares articles de notre Vème République qui se veut au final anti-démocratique. Un paradoxe de plus me direz-vous ? Cela vous étonne-t-il encore ? Dans tous les cas, un livre à conseiller à tous ceux fans des arcanes du pouvoir mais également de thrillers…

Ma précédente chronique : La cerise sur le gâteau – Aurélie Valognes

Quentin