7/13 de Jacques Saussey

Lorsque le capitaine Magne arrive sur les lieux, une belle villa de banlieue, en cet hiver 2015, il est le témoin d’une scène atroce. Une femme massacrée gît sur le sol avec aucun moyen de l’identifier. En parallèle, en décembre 1944 à Londres, un officier Américain embarque dans un avion alors que le ciel est entièrement voilà. Il disparaitra quelques heures plus tard. Qu’est-ce qui peut bien relier ces deux affaires espacées de 70 ans ?

Temps pour lire le roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : canapé, bus, métro, lit

Nombre de pages : 576 pages

Genre : polar

Maison d’édition : Livre de Poche

Merci au Livre de Poche pour ce roman !

Critique

Avec une série de meurtre dans l’arrière pays Boulonnais pollué à l’extrême, Jacques Saussey nous fait renouer avec le coupe Magne / Heslin (que j’avais quitté de mon côté avec un unique baisé haha).

Avec 7/13, l’auteur nous plonge au contact de différents immigrés arrivaient en France plus ou moins récemment. Un thème de plus en plus récurrent chez les auteurs de polars (que ce soit Tackian, Norek ..) dû forcément à une actualité malheureusement tragique sur le sujet… Petite aparté : je trouve cela bien que les polars puissent s’emparer de ce sujet pour sensibiliser les Français au drame qui se déroule devant nos yeux.

Après tout, le polar se veut le reflet (exacerbé of course) de notre société et des enjeux du monde contemporain. Et c’est là justement où j’ai apprécié le style de Saussey, qui arrive facilement à lier ses thèmes à des sujets plus anciens (seconde guerre mondiale).

Si, malheureusement, le roman ne nous tient pas en haleine de par l’identité du tueur (n’ayant pas toutes les clés en main, impossible de trouver) on se plaît à se poser des questions sur le titre, sur cet Américain disparu, sur l’enquête en elle-même… Rendu légèrement loufoque et allégeant le côté pesant par deux personnages absolument adorable et drôle venant d’un commissariat de province…

Conclusion

Deuxième livre pour toi, 7/13 de Jacques Saussey est une très bonne lecture qui m’a permis de découvrir l’un des prodiges de l’Amérique dont la disparition est, encore aujourd’hui, entourée de mystère. Je trouve que l’auteur a très bien réussi son pari de mêler histoire de la seconde guerre mondiale et présent, sans tomber dans les clichés du genre (Nazis & co). A lire !

Ma précédente chronique : Article 36 de Henri Vernet

Quentin