Un cri sous la glace de Camilla Grebe

Temps pour lire le roman : quatre jours

Lieu de lecture du roman : canapé, lit, métro

Nombre de pages du roman : 352 pages

Note : 4,25/5

Maison d’édition : Livre de Poche

Merci à Livre de Poche pour le livre !

Emma est une jeune suédoise. Elle travaille dans une grande chaine de vêtements, dirigée d’une main de fer par son patron : Jesper. Justement, il vient de demander, dans le plus grand secret, de l’épouser. Mais alors qu’ils allaient fêter cela, Jesper disparaît. Pire, on retrouve à son domicile une femme avec la tête tranchée dont personne ne connaît l’identité. Peter va alors hériter de l’affaire. Policier reconnu, il va devoir faire équipe avec Hanne, profiteuse de talent qui vient d’apprendre qu’elle est gravement malade. Problème : depuis leur rupture amoureuse il y a 10 ans, ils ne se sont plus adressés la parole.

Dans ce livre, tout est une question de non-dit. Même si vous parler de l’histoire sans vous évoquer le dénouement est une tâche ardue, je vais essayer de m’y atteler. Une chose à dire : ne jamais se fier à Camille Grebe. La particularité de ce roman est d’avoir une alternance de point de vue en fonction des chapitres : Hanne, Emma, Peter. Mais surtout, certains chapitres sont en décalés, puisque les dates ne sont pas les mêmes. Ce qui fait qu’avec Hanne, nous sommes la plus part du temps plusieurs jours voir plusieurs semaines en arrière. Les attentions sont trompeuses, à qui peut-on réellement se fier ?

Ce que j’aime avec les personnages, c’est qu’ils n’ont rien d’extraordinaire, ils ont des problèmes que tout le monde pourrait avoir. A chacun d’essayer de chasser ses démons, de se réconcilier, de communiquer. De décortiquer ce qu’il se passe.

L’écriture est fluide, direct. Camilla Grebe ne s’embrasse pas de détails superflu. On suit avec plaisir l’histoire qu’elle trace, l’histoire qu’elle s’amuse à parsemer de mystère, de faux, …

 

Conclusion :

Qu’est ce qu’il fait le charme de ce livre ? Une écriture d’une grande finesse avec une couche du “style nordique”, voilà ce qui fait que j’ai aimé ce livre ! Chaque personnage est au final plus que fidèle à la couverture : une beauté froide… mais énigmatique ! A lire.