De sinistre mémoire de Jacques Saussey

Temps pour lire le roman : quatre jours

Lieu de lecture du roman : dans le métro, à l’appartement

Nombre de pages du roman : 450 pages

Coup de cœur, déception ? Très bon

Note :4,75/5

Genre du roman : Polar / policier

Nous tenons tout d’abord à remercier les éditions French Pulp et Gille Paris pour ce livre !

Un peu moins de 1 mois après la lecture de Colère Noire, j’ai eu la chance de lire le deuxième tome des aventures de Daniel Magne. Je me suis jeté avec avidité sur ce deuxième livre tant j’ai aimé le premier.

Magne est appelé sur une affaire concernant la mort d’un jeune homme dans une cabine photo. La méthode coïncide point pour point à celle utilisé pour réduire au silence un autre jeune adulte quelques jours plus tôt dans un parc. Alors que l’enquête débute,notre héros va recevoir  une lettre ancienne codée qui va mettre la police sur les traces d’une sombre histoire datant de la Seconde Guerre mondiale. Daniel Magne et l’APJ Lisa Heslin vont ainsi devoir se plonger dans les archives d’une ville de l’ouest de la France, mais surtout, ne pas oublier qu’une victime peut se transformer en personne coupable…

Que dire de ce thriller par rapport au précédent ? Et bien, il est différent. Si Colère Noire se concentrait principalement sur l’intrigue policière et sur les événements avant le meurtre, Jacques Saussey prend ici le pari de saupoudrer le tout d’une touche d’histoire. Et pas n’importe laquelle, puisqu’il est ici question d’une des guerres les plus meurtrières dans le monde. L’auteur essaye donc ici de se rapprocher du style historique de Fred Vargas dans Temps Glaciaires, même si nous en sommes encore bien loin. Et pour cause, puisque si l’on apprécie ces passages, la force de l’histoire réside dans son intrigue policière. Malgré quelques moments d’hésitations, le tout est très bien ficelé, et plus que plaisant à lire.

On peut donc applaudir le Français pour son travail de recherche sur cette époque, et aussi pour l’ambiance lors des flashbacks qu’il arrive à nous retranscrire. On apprécie aussi le fait qu’il arrive à s’éloigner de Paris, ce qui n’est pas le cas de tous les auteurs de nos jours.

On se prend d’affection (si ce n’est pas déjà fait) pour ce personnage qu’est Daniel Magne. Un peu maladroit parfois, mais foncièrement bon, éprit de Lisa sa collègue, mais qui est avant tout un fervent défenseur de la justice. Les autres personnages ont tous été marqués par la vie à leur façon : un divorce, un enlèvement, un viol, des exécutions, une vie solitaires. Ils ont donc tous un vrai caractère. Bref, on apprécie le mélange de toutes ces personnalités.

L’écriture est directe, fluide. Pas de description inutile, et pourtant on sent que Jacques Saussey détaille plus ses personnages, qu’ils commencent ‘enfin) à prendre vie sous sa plume. On ne lui reprochera pas d’avoir attendu le deuxième tome, puisque c’est assez récurrent chez les auteurs (Par exemple dans Le Cercle de Bernard Minier où l’on apprend plus sur Servaz). Enfin le suspens est présent jusque la fin… qui ne se déroule pas comme je l’avais pensé. Attention, léger spoiler : cela fait enfin du bien de voir un policier se terminer par une note ni positive, ni négative, et qui surtout questionne sur le fait de “rendre justice” sans passer par la Justice.

Conclusion

Jacques Saussey a réussi encore une fois un coup de maître. On ne peut, en étant fan de polar, ne pas apprécier De sinistre mémoire. J’apprécie particulièrement le fait que les policiers restent… des policiers ! Qu’ils ne soient pas à tirer sur tout ce qui bouge, à courir dans tout le pays après les “méchants” (bonjour Harry Boch). Qu’ils soient comme ceux que l’on connaît. Bravo à Jacques Saussey. Et encore merci à French Pulp pour m’avoir permis de lire ce magnifique livre <3

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter De sinistre mémoire, cliquez ici !