Un seul parmi les vivants de Jon Sealy

Temps pour lire le roman : 4 jours

Lieu de lecture du roman : Métro

Nombre de pages du roman : 300 pages

Coup de cœur, déception ? /

Note : /

Genre du roman : Thriller

Nous tenons tout d’abord à remercier fortement les éditions Albin Michel pour nous avoir envoyer ce livre !

Aujourd’hui, on va parler d’un livre qui m’a posé plusieurs problèmes. Il s’agit de Un seul parmi les vivants de Jon Sealy.

L’histoire se déroule en Caroline du Sud, en 1932, pendant la période appelée ” La Grande Dépression”. Le shérif Chambers est appelé suite à la mort de deux jeunes hommes devant un bar clandestin (rappelons qu’à l’époque, l’alcool était interdit, prohibition). La patron de l’endroit s’appelle Larthan Tull, et il règne en maître sur l’empire de la production de bourbon. Alors que Chambers arrive sur place, un nom de coupable circule déjà parmi les spectateurs : Mary Jane Hopewell. Cependant, le shérif est sceptique. Et alors que la police fédérale se charge de l’affaire, il va décider de mener de son côté, sa propre enquête.

Comme vous avez pu le voir, je n’ai pas noté ce livre, ni donné d’appréciation. Pourquoi ? Nous allons y venir tout de suite.

Tout d’abord, ce n’était pas moi qui devait lire ce livre, mais Camille. Cependant, suite à un retard accumulé dans les lectures, c’est moi qui est pris le temps de le lire. Et au début, j’ai du m’accrocher. Tout d’abord car l’histoire n’avance pas, je trouve les passages très longs avec Chambers puis avec Tull. Ensuite il y a beaucoup trop de personnage d’un coup, ce qui fait que l’on se perd facilement jusqu’à la moitié du livre (notamment lors du passage dans l’église). Et enfin, j’avoue ne m’être jamais vraiment passionné pour cette période, que au final je connais très très peu. Ce qui fait que en plus de devoir comprendre la trame, de connaître les personnages, je dois m’appliquer pour comprendre le contexte historique qui est plus qu’important, et largement différent de nous à cette époque.

Le livre est cependant loin d’être inintéressant. Au contraire, la suite est captivante. Mais pas pour tout ce qui concerne le trafic de bourbon, Mary Jane et autre. Non, moi je me suis pris réellement de passion pour la famille Hopwell que l’on va suivre, si ce n’est plus que Mary Jane, dans sa vie entre l’usine, les balades, la vie de famille, les amours de jeunesse, et la mort. J’ai beaucoup apprécié d’en apprendre plus sur la condition de vie des familles de l’époque en Amérique.

Je ne vais pas m’attarder sur les personnages. Non pas qu’ils ne sont pas importants, au contraire. Mais il y en a tout simplement beaucoup trop.

J’ai senti venir la fin. Qui est, au finale, très noire. A l’image de la période je suppose. Même si, au fond, j’en ai été légèrement déçu. Au moins, on ne peut pas reprocher à l’auteur d’avoir fait une “Happy End” ^^.

Conclusion

Je ne peux pas dire que je n’ai pas aimé ce livre. Ni même que je l’ai apprécié. Disons que cela restera une expérience à part pour moi, qui m’aura tout de même permis d’apprendre le mode de vie des gens de l’époque, des gens de la campagne aux Etats-Unis. Si je ne devais dire qu’une chose : ne vous fiez pas à ce que j’en ai pensé, il vaut mieux, à mon avis, s’en faire sa propre opinion. Particulièrement pour ce roman.

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter Un seul parmi les vivants, cliquez ici !