Mes maîtres de bonheur de Eric-Emmanuel Schmitt

Temps pour lire le roman : Deux jours

Lieu de lecture du roman : TGV, canapé, lit

Nombre de pages du roman : 200

Note : 3,5/5

Genre du roman : Autobiographique

Maison d’édition : Livre de Poche

Merci à Livre de Poche pour ce cadeau de Noël improvisé.

‘’ Un jour de mars 1960, ma mère mit au monde un couple de jumeaux auquel j’appartenais. D’après les astrologues qu’elle avait consultés, l’un était destiné à devenir écrivain, l’autre musicien. Elle appela donc Eric celui qui manipulerait les mots, Emmanuel celui qui agencerait les notes. Or un dimanche, au bord du Rhône, par un hasard tragique, l’un deux se noya. On ne sut jamais lequel. Par prudence, mes parents rebaptisèrent le rescapé Eric-Emmanuel. Moi… Du coup, je ne détiens pas de certitude sur ma vocation’’

C’est ainsi que commence la première histoire. E-E Schmitt célèbre écrivain français, se passionne pour la musique et surtout la musique classique. A travers trois compositeurs, il écrit et il s’écrit. La musique est une sorte de philosophie pour lui qui l’aide à se construire et à advenir. Il raconte donc ses émotions vécues par la musique classique notamment Mozart qu’il vénère. Il évoque son adolescence et ses débuts d’écrivain. Ses réflexions sont parfois assez pointues.

Conclusion :

J’ai bien aimé retrouver la jolie plume d’Eric-Emmanuel Schmitt mais les histoires ne m’ont pas passionné. J’ai aussi aimé écouter de la musique classique lors de ma lecture grâce aux différentes indications mais je n’ai pas été totalement transportée.

A découvrir, si vous aimez joindre milieu musical et milieu littéraire.