Les jeunes gens de Mathieu Larnaudie

Boris Vallaud lançait, il y a quelques années, alors qu’on lui faisait la remarque que ses camarades avaient vite investi les sommets de la République : “N’exagérons rien. J’ai 38 ans. A cet âge, Napoléon était déjà empereur”. Seulement, comment aurait-il pu prévoir l’ascension fulgurante de Macron qui deviendrait, à 39 ans, le plus jeune chef d’Etat français depuis l’Empereur.

Depuis, la promotion Senghor de l’ENA est associé au Président. Mais ils ne sont pas que cela. Qui sont-ils ? Que font-on ? Et surtout, que raconte-t-il de l’histoire de l’ENA et de la formation de nos élites ?

Temps de lecture du roman : trois jours

Lieu de lecture du roman : Lit, métro, canapé

Nombre de pages : 208 pages

Maison d’édition : Grasset

Genre : roman

Un grand merci à Grasset pour ce livre

Critique

Mélangeant enquête, interview et analyse, Mathieu Larnaudie s’immisce en plein coeur de la promotion Senghor de l’ENA (2002-2004), celle dont le Président est issu. Un livre à la gloire de Macron ? Absolument pas, l’histoire se concentrant quasi exclusivement sur l’histoire des autres cameras de promos. On en apprend surtout plus sur qui ils sont, ce qu’ils font, leurs motivations, leurs ambitions, et surtout leurs personnalités.

L’auteur cherche également à montrer, par bon nombre d’interview mené auprès d’ancien, combien l’ENA, voulant former l’élite de la nation basé sur la méritocratie, ne fait qu’au final reproduire les inégalités sociales présentes dans la société. Car il est bien plus facile d’accéder à cette école lorsque l’on a les contacts que lorsque l’on est issu d’une famille d’origine modeste.

Conclusion

Mathieu Larnaudie retrace dans Les jeunes gens une génération qui a réussi à s’immiscer en plein coeur du pouvoir, bien plus rapidement que les ainés. Ils ont su profiter du changement, de l’air frais qui a soufflé en politique. Ce livre nous en apprend plus sur nos élites, sur ceux qui nous dirigent, et sur qui sont les énarques. Il permet également de jeter un regard impartial sur cette école, bien loin des louanges de certains et des critiques d’autre. Si vous êtes intéressé par notre République ou par la politique, je ne peux que vous conseiller de lire Les jeunes gens.