Corrosion de Jon Bassof

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : canapé, lit, train, métro

Nombre de pages du roman : 240 pages

Note : 3/5

Genre du roman : Roman

Maison d’édition : Gallmeister

Merci à Gallmeister pour ce livre !

Critique

Un vétéran d’Irak tombe en panne en plein milieu d’un désert, près d’un trou paumé. Lorsqu’il pénètre dans le seul bar présent, il doit intervenir pour sauver une femme qui se fait tabasser par son mari. Après l’altercation, il repart avec elle… avant qu’il apprenne que le mari de la femme possède une assurance vie plus qu’importante. Elle va alors lui suggérer de le tuer. Pendant ce temps, dans les montagnes, un garçon de 16 ans connaît l’enfer. Après une longue maladie, sa mère se meurt alors que son père cherche en vain un remède pour sa femme. Sauf que le paternel tombe dans la folie et que rien ne sauve cette femme…

Le grand point fort de Corrosion de Jon Bassof réside dans les personnages. Profonds, fouillés, mais surtout plus que crédible, on a l’impression qu’ils sont vivants. Leurs caractères est recherché, on sent que l’auteur a vraiment travaillé dessus. Enfin, l’intrigue est parsemé de certains moments forts qui, si vous ne supportez pas la violence, ne sont absolument pas pour vous.

Cependant, ce livre ne fut pas un coup de coeur malheureusement. Je trouve tout d’abord que Corrosion manque de quelque chose. Si les personnages sont fouillés, recherche, il manque quelque chose. Il manque un côté noir, un côté vraiment sombre. Mais aussi une touche de lumière, une touche d’espoir à travers cette couche. Ici, à travers la violence, la misère, l’horreur, on ne ressent aucune compassion pour les personnages. Parfois, on les trouve même pathétiques. Tout est glauque, triste, sombre. On ne ressent aucune émotion véritable à la lecture de ce livre. Ce livre n’a pas réussi à atteindre mon coeur, malheureusement. Enfin, j’ai trouvé quelques longueurs une fois les 50-100 premières pages passées.

Conclusion

 

Un livre qui, malgré de grosses qualités, n’aura pas réussi à me séduire malheureusement. Cependant, si les livres montrant uniquement la noirceur des hommes ne vous gênent pas, alors foncez ! Corrosion de Jon Bassoff est fait pour vous !