Bonjour/bonsoir à tous ! On se retrouve aujourd’hui avec un article totalement différent de d’habitude et qui, peut être, paraîtra de temps en temps sur le blog (à voir, on y réfléchit encore) !

Le concept est simple : l’un de nous (ou les deux) donne son avis sur un produit, un sujet, ou tout autre chose en dehors des livres et des séries. On vous livre nos impressions, notre ressenti, ce que l’on aime ou non.

Récemment, j’ai fait l’acquisition de la toute dernière console de Nintendo : la Switch. Sur un coup de tête on pourrait dire. Je n’avais pas du tout envisager de la prendre, mais les tests du jeu The Legend of Zelda : Breath of the Wild m’ont convaincu. Je viens donc, après une semaine de test, vous livrez mes impressions sur la console, mais aussi sur le dernier volet de notre héros Link.

Tout d’abord la console. Le packaging est assez simple. Boîte relativement simple avec comme seul visuel la console, son dock et les deux joypads, cela s’explique par le fait que la console est vendu sans aucun jeu. On regrette d’ailleurs que Nintendo n’est pas sorti une édition de lancement avec le jeu Zelda (on reviendra d’ailleurs là dessus un peu plus tard.

Que contient la boîte ? Tout d’abord la console, c’est à dire l’écran que vous pouvez emmener avec vous. Deux Joy-con (un gauche et un droit, c’est plus pratique comme ça). Un câble HDMI, un dock pour y mettre la console et ainsi passer en mode tv. Un support pour les Joy-con ainsi que deux dragonnes (et la câble d’alimentation bien sûr) !

Avant de passer au vif du sujet, je souhaite revenir sur le principe et surtout l’innovation que Nintendo apporte à travers la Nintendo Switch. Vous pouvez aussi bien jouer sur la télé (en 1080p) ou, si vous voulez continuer à jouer mais que vous devez lâcher le grand écran, vous pouvez prendre la tablette (la console en somme), agripper les deux Joy-con et ainsi l’emmener partout. C’est là que réside l’intérêt. Une console, certes moins légèrement moins puissante que la ps4 à ses débuts, mais que vous pouvez emmener partout et surtout facilement ! Car elle n’est pas plus grande qu’un iPad.

Faut-il acheter la console ?

Comme vous avez pu le lire plus haut, je ne parle pas de Zelda. Et pour une bonne raison. Il n’y a actuellement, aucune raison d’acheter la Nintendo Switch si vous n’aimez pas la licence Zelda. Et pour cause, il n’y a quasiment aucun autre jeu pour l’instant.

Cependant, il faut bien admettre que la console en elle même à un fort potentiel. Pratique, bien faite, deux Joy-con à l’usage intéressant, elle est ce qu’aurait dû être la Wii U. C’est un bonheur de pouvoir emmener avec moi Zelda et ainsi y jouer lorsque je suis dans le train, ou tout simplement dans la cuisine, dans la salle de bain… bref partout ! On pourrait critiquer la Switch et l’attaquer sur le point de vue de la puissance. Mais au final, n’est ce pas mieux que Nintendo cherche à se positionner en deçà de ses concurrents ? Que la marque cherche un positionnement différent ? Puisque, de toute manière, ils ne pourront jamais atteindre le niveau de Sony ou de Microsoft.

L’intérêt de la console réside dans le gameplay, et dans la facilité d’utilisation. Outre l’interface épuré, le lancement quasi instantané, il serait mauvais de dire que le principe de switcher en console portable / console de salon ne marche pas bien. Cela se fait sans aucun difficulté, en moins de cinq secondes.

Conclusion

Si vous êtes fan de la série Zelda, allez-y ! Si cependant vous n’aimez pas cette licence, je vous conseille d’attendre une baisse des prix ainsi qu’un line-up plus fourni. Mais sans conteste, Nintendo a une carte à jouer avec la Nintendo Switch qui peut, à terme, s’imposer comme une console incontournables, comme a pu l’être la Wii U, la DS et la Playstation 2.

Et en ce qui concerne The Legend of Zelda : Breath of the Wild ?

Une pure réussite. Je ne saurais comment décrire ce jeu qui est pour moi le meilleur auquel j’ai pu joué les dernières années. Tout d’abord, ce jeu casse tous les codes la série en proposant un véritable monde ouvert, digne d’un The Witcher 3 ! Et c’est peu dire. L’univers est tellement gigantesque qu’il ne peut se parcourir uniquement à pied. Et contrairement à bon nombre de jeu, la map n’est pas vide ! Entre coffres cachés, sanctuaires, fées, sources, quêtes annexes, mini-boss, secrets, souvenirs, et histoire principale, il y a de quoi faire. Il n’est pas rare que, alors que nous nous lancions dans une quête, l’on s’arrête pour finalement partir à la recherche d’un trésor caché. Ou encore apprécier le paysage.

Car les panoramas sont magnifiques. Il n’est pas rare que je me balade à cheval, le laissant me guider, et appréciant les magnifiques angles de vues. Car oui, ce qui est aussi important ici, c’est la liberté de déplacement qui reste, de mémoire, quasiment jamais vu. On peut littéralement, si on le souhaite, aller tout droit affronter Ganon. Ou se rendre dans les zones les plus durs. On peut grimer aux arbres, aux falaises. Partout en somme.

Conclusion

Je passe sur les musiques qui sont magnifiques. Sur les personnages qui nous donnent envie de rire, de pleurer, de les suivre. Ce jeu est un éternel sentiment de découverte. Avec son contenu énorme, qui d’après ce que l’on dit, se rapproche des 200h, Zelda Breath of the Wild conquit aussi bien les fans de la série que les nouveaux. La leçon a retenir ? Au moins, nous n’aurons pas patienter pour rien…