Bonjour à tous, on se retrouve aujourd’hui pour critique de la sixième saison de American Horror Story.

Si l’on devait rapidement résumé l’histoire, Ryan Murphy nous présente l’histoire sous forme d’un documentaire appelé “My Roanoke Nightmare” dans lequel nous suivons le couple de Shelby (Lily Rabe / Sarah Paulson) et Matt Miller (André Holland/Cuba Gooding Jr.). Suite à l’agression de Matt, ils vont décider d’acheter une ancienne ferme en Caroline du Nord. Mais sans savoir que sur ces mêmes terres, la colonie Roanoke avait disparu mystérieusement il y a plus de cinq cent ans.

Point de vue de Camille :

Tout d’abord, je tiens à préciser que je suis une très grande fan d’American Horror Story. C’est une série que je suis depuis un moment et que j’ai re-regardé avec Quentin afin de lui faire découvrir ce bijou.

Le concept, si vous ne connaissez pas, est que chaque saison possède sa propre histoire, sa propre trame. Entre 10 et 13 épisodes, des personnages évoluent dans un lieu et une époque particuliers. La saison 2 traitait d’un asile commandé par des bonnes sœurs sadiques, la troisième se passait au sein d’un cercle de sorcières, dans la 4 on plongeait dans un cirque de monstres… Cette série mêle de l’horreur, du fantastique, de la terreur et parfois un peu de science-fiction.

Les acteurs sont également magiques. Même si une des actrice phare : Jessica Lange, n’est plus là depuis la quatrième saison, d’autres acteurs sont toujours présents comme Sara Paulson et Evan Peters. On a aussi le bonheur de retrouver Taissa Farmiga et Finn Wittrock. Les acteurs sont attachants car on ne sait jamais quel rôle ils vont jouer dans la saison suivante, à chaque fois ils sont très différents et on a parfois du mal à les reconnaître.

La saison 6 est donc sortie durant les deux derniers mois à raison d’un épisode tous les jeudis soirs.

Cette saison a reçu un accueil plutôt controversé vis-à-vis du public. Certains ont adoré, d’autres ont détesté. Personnellement, j’ai beaucoup aimé, j’ai adoré retrouver les acteurs que j’adore et les parties horreur m’ont régalé. J’ai trouvé certains personnages vraiment bien travaillé du point de vue psychologique. Certains épisodes étaient tournés sous la forme de huis-clos vraiment poignant.

Conclusion :

En bref, cette saison comporte des moments assez trash, avec des personnages cannibales (une des atrocités que Ryan Murphy n’avait pas encore montrées…) mais à part ceci, elle se regarde plutôt bien.

Si vous n’avez jamais regardé American Horror Story : regardez en priorité la deux et la trois, ce sont mes préférées ! Et comme les saisons n’ont rien à voir les unes avec les autres, vous pouvez même commencé par la dernière !

Point de vue de Quentin :

Je me dois de remercier Camille qui m’a fait découvrir cette série. Avant de regarder avec elle, j’avais vaguement entendu parler de la série.

Ce qui a toujours fait pour moi son charme et surtout sa force, c’est la manière qu’ont les réalisateurs de tourner les épisodes. Que ce soit par des caméras qui filment par-dessus l’épaule, en coin d’angle ou encore par des mouvements inhabituels. Et cet atout est d’autant plus renforcé par cette saison qui inclut plusieurs scènes en caméra subjective, mais aussi une nouvelle technique qui est le found foutage (ou “enregistrement retrouvé) notamment à partir de l’épisode 6.

Je ne vais pas revenir sur les acteurs, Camille s’en est déjà chargée. Toutefois, on apprécie les connexions qu’à la saison 6 avec toutes les autres de American Horror Story, et notamment la 2. Je ne vais pas m’étendre, comme ça j’évite de vous spoiler. Il est toutefois intéressant et surtout grisant pour nous de remarquer les cohérences entre les scénarios, et de revoir certains personnages (épisode 10 notamment).

On peut ne pas aimer le tournant qu’a insufflé Ryan Murphy, en emmenant AHS sur un terrain encore plus sanglant, voir gore. Certains diront que ça dessert la série en la rendant trop violente, voir même dérangeante à regarder. Pour ma part je ne trouve pas, car chaque scène est bien amenée. Les morts sont violentes, il y a de la torture, mais ce n’est en aucun cas gratuit. Chaque cas répondant au besoin du scénario.

Conclusion :

Je conseille vivement cette saison d’American Horror Story. De par son histoire intéressante autour de la colonie Roanoke (ce qui m’a amené à faire des recherches^^). Mais aussi par ce qu’elle introduit de nouveau que ce soit par des documentaires à l’intérieur de la série, ou encore avec le found foutage. Enfin, le plus intéressant pour moi, est certainement le retour à ce qui fait l’ADN de la série et donc à l’esprit de la saison 2 : l’horreur. Et c’est ça que l’on aime.

Contrairement à Camille, je vous conseille de commencer par d’abord par la 1 qui pose les bases. Mais vous pouvez tout aussi bien commencer par celle-ci, même si vous n’apprécierez les références placées par Ryan Murphy.

Voilà, on espère que cette critique vous a plus et qu’elle vous a peut-être fait découvrir une super série ! Cliquez ici si vous voulez être redirigé vers la page AlloCiné de American Horror Story. On se retrouve très vite…