Ahlam de Marc Trévidic

Temps pour lire le roman : 3 jours

Lieu de lecture du roman : Métro, canapé.

Nombre de pages du roman : 322 pages

Note : 6/5

Genre du roman : Drame, Art, Histoire

Je tiens à remercier ma professeur d’anglais de m’avoir prêté ce livre !

Vous connaissez certainement Marc Trévidic. En effet, avant d’être auteur, il est surtout l’un des magistrats français les plus connus et reconnus de France. Il a, pendant une grande partie de sa carrière, lutté contre le terrorisme en France (notamment dans l’affaire de l’attentat de la rue des Rosiers). Il est donc tout à fait légitime pour écrire ce livre, Ahlam.

En 2000, Paul débarque sur Kerkennah, petit archipel paradisiaque de Tunisie. Il vient y chercher la paix, la beauté, et aussi des souvenirs. Alors qu’il veut rester inconnu, il va très vite être remarqué par les habitants de l’Île. Paul est un artiste français mondialement connu, qui a disparu des écrans depuis quelques mois. Il va alors faire la rencontre de Farhat, et de ses deux enfants : Issam et Ahlam. Alors qu’Issam se révèle incroyablement doué dans la peinture, la fille de Farhat excelle dans la musique.  A travers eux, Paul va essayer de réaliser son rêve, et celui de ses défunts parents : une œuvre ou se mêlerait en parfaite osmose la musique, la peinture, et la littérature.  Mais le temps passe. La révolution de Jasmin arrive en Tunisie. Ben Ali est chassé, et l’islamisme gagne peu à peu du terrain, apportant avec lui tout ce qu’il a de plus mauvais.

Le livre commence assez doucement pour pouvoir jeter les bases de ce qui va constituer le roman. On sent dès le début que, si l’art va prendre une part importante de le roman, ce n’en sera pas le seul point. Puisque les islamistes sont déjà présents, et relativement actifs.

Dès le début, j’ai été touché par la beauté et en même temps la dureté de certains mots. Tour à tour, je me sentais transporter en Paul, Farhat, Nora, Issam, Ahlam. Je me confondais avec eux, je me sentais proche d’eux, je vivais avec eux. Paul m’a conquis, de par son histoire singulière, mais surtout par sa recherche de la Beauté, de l’art suprême. Cette recherche de rendre aux arts leurs lettres de noblesse. De les rassembler ensemble pour créer une œuvre sublime.

Plus le roman avance, et plus il devient, complexe, difficile d’un point de vue émotionnel. On sent la tension se cristaliser au sein de la société Tunisienne, et on souhaite pourtant que rien ne change sur l’île. (ATTENTION SPOILER) Cependant, Issam tombe peu à peu dans l’univers islamiste. Paul, en bon artiste, ne s’intéresse que à l’art, et non pas à la politique. Il est naïf, coupé du monde. Et c’est cette vision que l’on a, à côté de celle de Issam, puis celle de Ahlam, qui fait du roman ce qu’il est : un chef d’œuvre.

Car oui, Issam tombe dans la mouvance radicale, extrémiste. Il sombre peu à peu dans ce fanatisme qui va lui faire commettre des choses horribles. Marc Trévidic nous peint ici comment la “religion” peut faire oublier à n’importe qui, qui il est (à savoir un peintre de génie). Comment des hommes peuvent en embrigader d’autres.

Au delà l’horreur de la chose, la dureté des mots employés, il est plus qu’intéressant de voir comment tout cela c’est développé en Tunisie, et comment la population s’est radicalisée. Comment la chute de Ben Ali, tyran longtemps soutenu par l’occident, a provoqué cela. Et comment Al Qaïda puis l’Etat Islamique, c’est nourri de la rancœur du peuple. Mais aussi, de sa méconnaissance total de la religion qu’est l’Islam, totalement opposée aux propos rapportés par les talibans.

Conclusion

Ce livre m’a conquis. De part son mélange entre l’art, si subtile, si beau, et pourtant si fragile; et aussi de son côté historique, qui raconte à travers les yeux de plusieurs jeunes gens conquis à cette mouvance radicale, la monté de l’islamisme en Tunisie et les dangers que cela engendre. On sent que Marc Trévidic maitrise parfaitement les deux sujets. Et il arrive à doser subtilement les deux, pour en faire un chef d’œuvre. Qu’une chose à dire : chapeau.

Notre précédente review ici. Retrouvez aussi toutes les autres ici !

Si vous voulez acheter Ahlam, cliquez ici !