Le douzième chapitre de Jérôme Loubry

Comme tous les ans, David et Samuel partent avec leurs parents au bord de l’Océan, dans un centre de vacances payés intégralement par le patron des parents. Mais cet été restera à jamais dans les mémoires. Ils font ainsi la connaissance en 1986 de Julie, une filette de leur âge, venue en vacances avec sa « tatie ». Mais à la fin de la semaine, elle disparaît. 30 ans passent, David est devenu un grand écrivain à succès pendant que Samuel est son éditeur. Ils n’ont jamais reparlé de ce qu’il s’est passé là-bas. Seulement, ils vont chacun recevoir un manuscrit de doux chapitres. Qui va raviver les blessures et les traumatismes de l’enfance.

Temps pour lire le roman : deux / trois jours

Lieu de lecture du roman : métro, bus, canapé, lit, bureau

Nombre de pages :

Genre : thriller

Maison d’édition : Calmann-Levy

Un grand merci à Calmann-Levy pour ce livre de la rentrée littéraire

Critique

Pendant toute ma lecture du Douxième chapitrede Jérôme Loubry, une question m’est venue en tête : comment ne pas se laisser happer, comment ne pas avoir envie de rejoindre le narrateur pour le suivre dans ses découvertes ?

Bien loin des romans noirs comme écrivent Thilliez ou encore Lemaitre, relativement proche du style de Bussy, l’auteur nous livre un roman dont l’intrigue nous coule entre les doigts avec une fluidité déconcertante, nous gardant toujours en haleine sans jamais nous laisser la possibilité de le lâcher.

On s’attache rapidement à notre petit trio, symbiose étrangement troublante qui me ferait presque faire un rapprochement vers la saga de J.K. Rowling (si, bien évidemment, Harry était tombé amoureux de Hermione) !

Tout du long du roman, la grande question est : pourquoi, et surtout : que contient le douzième chapitre des trois protagonistes. Bien sûr, la fin est facilement devinable. Mais là n’est pas le véritable enjeu. Il s’agit plutôt ici de dérouler une histoire haute en couleur, qui nous fait réfléchir sur les traumatismes de l’enfance mais également sur les non-dits. Car après tout, que doit-on cacher aux jeunes ou non ?

Conclusion

Le douzième chapitre de Jérôme Loubry nous fait voyager entre présent et passé, entre inoccence de l’enfance et secrets à jamais enfoui, mais également dans l’importance de toujours tenir ses promesses. Un roman qui, plutôt que de nous prendre par la main, nous entraine dans une course effrénée à la recherche du suspect. Une superbe lecture que je ne peux que conseiller !

Quentin