Une journée d’automne de Wallace Stegner

Traduit de l’américain par Françoise Torchiana

Suspendue au bras de son mari Alec, Margaret guette avec impatience l’arrivée de sa sœur Elspeth, venue d’Ecosse pour vivre avec eux dans l’Iowa.

Temps pour lire le roman : deux jours

Lieu de lecture du roman : canapé, lit

Nombre de pages : 250 pages

Genre : roman

Maison d’édition : Gallmeister

Un grand merci à Gallmeister pour ce livre de la rentrée littéraire !

Review

L’auteur nous entraîne dans un savant huis clos et au cœur d’un triangle qui se révèle rapidement amoureux. Les deux sœurs, Margaret et Elspeth, se ressemblent autant qu’elles diffèrent. Physiquement, elles sont semblables avec les mêmes yeux bleu glacés. Cependant, au niveau du caractère ce n’est pas la même histoire. Margaret est l’exemple même de l’épouse accomplie qui régit avec une main de maître sa maison, ses employés et organise de superbes réceptions où tous les voisins et familles alentours sont invités et très bien reçus. Elspeth est plus jeune et plus naïve, elle est de nature plus sensible et s’apitoie sur le sort des hommes comme sur celui des bêtes. Elle a parfois du mal à comprendre l’intransigeance de sa sœur alors qu’il s’agit en réalité d’une façon de se protéger.

Cependant, ce fragile équilibre vole en éclat avec un adultère irréparable et irrévocable. La maisonnée change totalement de visage et d’ambiance, c’est ce que je vous invite à découvrir…

Conclusion

J’ai vraiment bien aimé ce livre tant sur le fond que sur la forme. Cette petite histoire est aussi plaisante qu’efficace. Elle est très courte donc elle se lit rapidement et on ressent tout le malheur de ces jeunes dames promues déjà au rang de vieilles et tristes mégères. Il y a une excellente alternance entre narration, dialogues entre les personnages et descriptions des beaux paysages fermiers américains.

A dévorer incessamment sous peu ! J’espère que vous adorerez autant que moi !