Nom du roman : La Blonde en Béton de Michael Connelly

Temps pour lire le roman : du jeudi 10/11 au dimanche 20/11

Lieu de lecture du roman : principalement dans le métro, et terminé dans le lit

Nombre de pages du roman : 589 pages

Coup de cœur, déception ? Coup de cœur

Note : 4,5/5

Genre du roman : Polar

Certainement mon auteur favori en ce moment. Il faut dire que je suis dans ma période roman policier. C’est par ailleurs mon genre préféré, même si je lis à peu près n’importe quel type de livre.

Qui est Michael Connelly ?

Michael Connelly est à la base un journaliste, relativement connu. Il est le coauteur d’un article qui va être parmi les finalistes du Prix Pulitzer. Cela lui permettra d’être recruté en tant que rédacteur judiciaire au sein du Los Angeles Times, journal qui deviendra d’ailleurs le journal principal dans les aventures de Connelly. Aujourd’hui, il a écrit plus d’une trentaine de romans, avec trois héros récurrents : Harry Bosch inspecteur de police au sein de la brigade de Hollywood; Jack McEvoy journaliste à la rédaction du Los Angeles Times; et Mickey Haller avocat.

J’ai découvert cet auteur lors d’un passage dans un Leclerc culturel près de chez moi. J’ai commencé par lire Le Poète puis l’Epouvantail, les deux livres avec le journaliste McEvoy. Puis je me suis dit qu’il serait peut-être bon de commencer par le début. J’ai ainsi pu suivre l’évolution du personnage qu’est Bosch tout au long des différents livres.

L’histoire

Parlons d’abord du héros. L’inspecteur Bosch a travaillé pendant plusieurs années au sein de la Brigade des vols et homicides de L.A . Alors qu’est constitué une brigade spéciale enquêtant sur les nombreux meurtres commis par celui que l’on appelle le Dollmaker, Harry finit par tuer le principal suspect de l’enquête. N’ayant pas respecté les règles lors de l’intervention, il va être muté à la brigade des homicides de Hollywood.

La trame de l’histoire tourne autour du procès de Bosch dans l’affaire du Dollmaker, et des passes d’armes au tribunal entre la redoutable avocate de l’accusation, et celui chargé de la défende de l’inspecteur. Alors qu’il est certain que Norman Church était le Dollmaker, et malgré le soutien de ses supérieurs, un nouveau cadavre va venir changer la donne… L’inspecteur va alors devoir reprendre l’enquête tout en assistant à son propre procès.

Mon avis

Connelly signe pour moi son meilleur livre avec La Blonde en béton (en tout cas de ceux que j’ai lu).  Personnage secret, assez renfermé sur lui-même, mais charismatique et attachant, Bosch ne m’a jamais autant plu que dans celui-ci. Au fur et à mesure des livres, on en apprend un peu plus sur son passé. Ce qui rend dans ce livre le personnage encore meilleur, c’est toutes les questions que Bosch va se poser sur lui-même, sur le bien-fondé de ses actions. On ne l’avait jamais vu comme ça. Le personnage de Honey Chandler, avocate de la défense, apporte un réel plus au roman de par ses commentaires acerbes et qui n’hésite pas à bousculer notre héros pour le faire sortir de ses sentiers battus.

Connelly nous fait plonger ici dans le monde glauque qu’est la pornographie et la prostitution, à travers de jeune femme en quête de richesse qui se retrouvent à trainer dans les rues droguées, exploitées, et parfois assassinées. Pas une page de trop dans ce roman qui nous tient en haleine jusqu’au bout. Enfin, l’apparition de personnages récurrents dans l’univers d’Harry et les rebondissements qu’ils amènent avec eux sont le dernier coup de maître de l’auteur

Conclusion :

Je ne peux que conseiller de lire ce troisième livre de la série Bosch, que ce soit pour le côté policier, mais aussi pour tout ce que dénonce Connelly au travers du roman. De plus, je vous mets au défi de trouver la fin avant de la lire. Pour ma part, j’ai été (et pour une fois) trompé par l’auteur sur la véritable identité du meurtrier. Et un petit conseil : lisez plutôt dans l’ordre les livres de la série Bosch, cela aidera mieux à la compréhension du livre.

Si vous souhaitez acheter le livre, vous pouvez le retrouvez ici !

Quentin